Mort tragique de l'écrivain grec Mènis Koumandarèas | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 06.12.2014 à 14h12 (mis à jour le 06.12.2014 à 15h00) Disparition

Mort tragique de l'écrivain grec Mènis Koumandarèas

Mènis Koumandarèas

L'écrivain grec a été victime d'un homicide. Il avait 83 ans.

L'écrivain grec Mènis Koumandarèas, 83 ans, l'un des auteurs les plus reconnus du pays, a été victime d'un homicide et découvert mort samedi 6 décembre à son domicile d'Athènes.

Une enquête confiée à la sécurité d'Athènes va dans un premier temps tenter de déterminer les causes de la mort. La victime présentait des blessures au cou et au visage, selon la police, qui évoque également des traces d'asphyxie.

Mènis Koumandarèas, né en 1931, est considéré comme l'un des meilleurs prosateurs grecs vivants. Il est également l'auteur de sept romans, cinq recueils de nouvelles et deux volumes d'essais. Il a entre autres traduit McCullers et Fitzgerald, et reçu deux fois le Prix d'État pour le roman. Au fil de son oeuvre, l’auteur avait fait d’Athènes le miroir où se reflètent les problèmes de la société grecque.

Le Serpent à plumes avait publié en 2003 La verrerie, le poignant destin d'une femme qui, après avoir connu l'échec d'un mariage, d'une entreprise de verrerie et de ses rêves de militante, s'enfonce dans la misère et la solitude. En 2005, Langues et mondes-l'Asiathèque avait édité Je me souviens de Maria, histoire d'une rencontre entre un serveur et la diva Maria Callas.

Quidam éditeur a sorti La femme du métro en 2010, un amour impossible entre une femme mariée de 40 ans et un jeune étudiant de 20 ans qui se retrouvent dans le même métro tous les soirs, et Le beau capitaine en 2011, roman initialement publié en 1982, qui dépeint les coulisses de l'Etat et de l'armée durant les noires années qui ont mené à la dictature des colonels.
close

S’abonner à #La Lettre