TELEVISION

Menace sur les émissions littéraires de LCI et Paris Première

Logos des chaînes LCI et Paris Première

Menace sur les émissions littéraires de LCI et Paris Première

L'avenir des émissions "Les coups de coeur des libraires" sur LCI et "Ça balance à Paris" sur Paris Première est incertain, après le refus du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de passer les chaînes sur la TNT gratuite.

J’achète l’article 1.50 €

Par Manon Quinti,
Créé le 30.07.2014 à 18h07,
Mis à jour le 30.07.2014 à 19h00

Deux émissions littéraires sont en péril après le refus du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), le 29 juillet, de passer LCI et Paris Première (M6) sur la TNT gratuite. Les chaînes souhaitaient passer au gratuit parce qu'elles disent percevoir des redevances insuffisantes de CanalSat et des boxes ADSL et du câble qui les diffusent à leurs abonnés.

L’avenir reste incertain pour l’émission littéraire "Les coups de cœur des libraires", animée par Valérie Expert. LCI est la seule chaîne d’information continue à diffuser une émission entièrement littéraire. Le jour de la décision du CSA, le PDG de TF1, Nonce Paolini, a confirmé qu’il compte fermer la chaîne le 31 décembre 2014, même s'il étudie toutes les voies de recours, notamment auprès du Conseil d'Etat.

La chaîne M6 envisage également une fermeture de Paris Première, menaçant la survie de l’émission d’Eric Naulleau "Ça balance à Paris". Avec ses chroniqueurs, l’ancien critique de l’émission "On n’est pas couché" sur France 2 passe en revue l'actualité littéraire, invitant régulièrement des écrivains. Les débats sont ponctués d’une revue de presse, l'examen de quatre objets culturels et l'éditorial de l’animateur. Eric Naulleau avait succédé en 2010 à Pierre Lescure en tant qu’animateur de cette émission, où il avait fait ses premiers pas à la télévision, quelques années auparavant.

Le patron du groupe, Nicolas Tavernost, a assuré que la chaîne allait fermer à la fin de l'année si elle n'était pas viable économiquement et si le CSA ne revenait pas sur son refus, après avoir "réinterrogé l'ensemble des distributeurs".

Le 30 juillet, l'intersyndicale du groupe TF1 a dénoncé la décision du CSA, qui a protégé selon elle "les intérêts économiques de quelques groupes capitalistiques ligués contre LCI afin de préserver leurs parts de marché et leurs marges bénéficiaires".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités