Par Claude Combet, le 20.09.2018 à 14h00

proclamation

Marion Brunet et Jake Hinkson, grands prix de littérature policière 2018

L’été circulaire (Albin Michel) et Sans lendemain (Gallmeister) ont reçu le grand prix de Littérature policière 2018 dans les catégories roman français et roman étranger.
 

Le 70e grand prix de littérature policière, créé en 1948 par Maurice-Bernard Endrèbe, a dévoilé le 19 septembre les lauréats 2018. L’été circulaire de Marion Brunet (Albin Michel) est arrivé devant Ils ont voulu nous civiliser de Marin Ledun (Flammarion) dans la catégorie roman français.

L’été circulaire est le premier roman de Marion Brunet, auteure déjà réputée en livres jeunesse, notamment avec L’ogre au pull vert moutarde (Sarbacane, "Pépix") et Frangine (Sarbacane, "Exprim’"). Elle y met en scène deux adolescentes Céline et Jo, dans un quartier pavillonnaire d’une petite ville du Lubéron, délaissée par une mère cantinière et un père alcoolique. Céline tombe enceinte et la famille éclate…

De son côté, Sans lendemain de Jake Hinkson, traduit de l’américain par Sophie Aslanides (Gallmeister, "Noire") a devancé Le diable en personne de Peter Farris (Gallmeister, "Neo Noire") dans la catégorie roman étranger.

Sans lendemain traite de deux thèmes chers à l’auteur de L’enfer de Church Street, le cinéma et la religion. Il met en scène Billy Dixon, chargée de placer les films dans les salles de cinéma de l’Amérique des années 1940 qu’un prédicateur aveugle de l’Arkansas veut chasser de son territoire. Mais Billy tombe amoureuse de la femme du pasteur.

Les deux lauréats succèdent à Hannelore Cayre, gagnante 2017 du prix avec La daronne (A.-M. Métailié) et à Sara Lövestam, gagnante dans la catégorie roman étranger avec Chacun sa vérité, traduit du suédois par Esther Sermage (Laffont, « La bête noire »).

# Services
close

S’abonner à #La Lettre