Margaret Atwood, futuriste mais fidèle au papier | Livres Hebdo

Par Souen Léger, le 11.09.2014 à 23h16 (mis à jour le 12.09.2014 à 00h00) Festival America

Margaret Atwood, futuriste mais fidèle au papier

Photo © OLIVIER DION

Invitée d’honneur du Festival America, la Canadienne Margaret Atwood a expliqué lors d’une rencontre organisée par Livres Hebdo son appétence pour les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.

 A 74 ans, Margaret Atwood est aussi prolixe dans ses livres que sur Twitter. Invitée d’honneur du Festival America qui se tient à Vincennes du 11 au 14 septembre, la poétesse et romancière canadienne a confié avec humour sa passion pour les nouvelles technologies lors des rencontres professionnelles organisées par Livres Hebdo le jeudi 11 septembre. Avec ses 23 000 tweets et ses 526 000 abonnés, l'auteure a fait du réseau social son nouveau terrain de jeu. "La plupart des personnes qui me suivent sont géniales, et sinon, je les bloque, j’ai appris comment faire !", assure-t-elle.
Quand les nouvelles technologies sont arrivées, j’ai eu envie de savoir comment marchaient ces trucs Margaret Atwood
De son enfance passée dans une cabane, dans la forêt de l’Ontario, Margaret Atwood a en effet conservé un goût certain pour la mécanique. "Avec mon frère, nous fabriquions des petits jouets. Je devais aussi conduire et réparer le bateau à moteur. J’aimais savoir comment fonctionnent toutes sortes de choses", raconte l’auteure. "Alors, quand les nouvelles technologies sont arrivées, j’ai eu envie de voir et de savoir comment marchent ces trucs. Mais je ne sais pas coder !", s’amuse-t-elle.

Depuis l’arrivée de l’ordinateur qui lui a permis, dit-elle, de s’auto-corriger, la Canadienne s’est muée en technophile. Elle voit d’ailleurs Internet comme un outil capable de stimuler les jeunes pour l’apprentissage de la lecture, mais aussi comme un nouveau support de diffusion pour les auteurs : "Au 19e siècle, beaucoup de créations littéraires, comme Sherlock Holmes, ont vu le jour grâce au modèle du roman-feuilleton qui était publié par épisodes dans les journaux. Aujourd’hui, Internet peut prendre le relai".
Il est presque impossible de lire un livre long ou complexe sur liseuse Margaret Atwood
Mais il reste une innovation à laquelle la lauréate du Booker Prize 2000  n’a pas succombé : le livre numérique. "Il est presque impossible de lire un livre long ou complexe sur liseuse, estime-t-elle, De plus, nous savons à présent que la relation entre la main, l’écrit et les yeux est plus forte sur support papier".

Fantaisiste, Margaret Atwood se plait à imaginer Emma Bovary en train de tweeter ses après-midis et évoque un projet futuriste auquel elle participe. Elle est la première romancière à s’être lancée dans le projet "Future Library" (bibliothèque du futur), imaginé par l’auteure écossaise Katie Paterson. Mille arbres ont été plantés cet été en Norvège : dans un siècle, ils seront coupés pour être transformés en cent livres. Chaque année, un écrivain sera invité à rejoindre Margaret Atwood pour ajouter son livre à l’aventure. Et ceux-ci ne seront ouverts… qu’en 2114.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre