L'Unesco va aider à la restauration des manuscrits de Tombouctou

L'Unesco va aider à la restauration des manuscrits de Tombouctou

Lors de sa visite au Mali, le 2 février dernier, la directrice générale de l'Unesco a annoncé la tenue prochaine d'une mission d'experts pour préparer la restauration du patrimoine culturel du pays.

J’achète l’article 1.50 €

avec mq,
Créé le 08.02.2013 à 00h00,
Mis à jour le 08.02.2013 à 00h00

Une mission d'experts de l'Unesco sera prochainement envoyée au Mali afin d'évaluer les dégâts causés à son patrimoine et préparer un plan d'action pour sa restauration. C'est l'annonce faite par la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, qui s'est rendue au Mali le 2 février, accompagnée du président français François Hollande et du président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

L'objectif principal de cette visite était d'évaluer les dégâts causés en particulier aux collections de manuscrits de la ville. «Les trésors de Tombouctou sont une immense source de fierté au Mali», a déclaré la directrice générale. «Restaurer cet important patrimoine culturel donnera au peuple malien la force et la confiance nécessaires pour reconstruire l'unité nationale et se tourner vers l'avenir».

Irina Bokova a ajouté que l'Unesco allait mobiliser l'expertise et les ressources nécessaires pour assurer que cette restauration soit effectuée «de manière efficace et durable». Au coeur de ce projet : la numérisation des manuscrits de Tombouctou et la création d'une bibliothèque virtuelle. Pour cela, il va falloir remplacer le matériel de numérisation afin que la digitalisation, qui venait de commencer, puisse reprendre. Pour la seule reconstruction des mausolées de «la ville aux 333 saints», dont onze ont été rasés par les groupes armés, l'Unesco avance une première estimation de 4 à 5 millions d'euros.

Les trois grandes mosquées de Tombouctou, ainsi que les 16 mausolées ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1988. En 2004, le tombeau des Askia, à Gao, a été inscrit à son tour. Puis, suite à la destruction de 11 des mausolées et des portes de Sidi Yahi, en 2012, les deux sites ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril de l'Unesco.

Sur les 300 000 manuscrits conservés dans des collections privées et publiques à Tombouctou, 2 à 3 000 ont été détruits dans l'incendie d'un des deux bâtiments du centre de recherche Ahmed-Baba, causé par les islamistes, selon les estimations des autorités locales de la ville, reprises par l'Unesco.

08.02 2013

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités