« En raison d'une grève de l'ensemble du personnel de Livre diffusion, nous ne pouvons donner suite à votre appel. » C'est le message que tout libraire, qui cherchait à joindre aujourd'hui le dépôt nantais de la société, a pu entendre.

Le mouvement, qui a épargné le centre d'Ivry, avait pour objectif de faire entendre le désaccord des salariés vis-à-vis du projet en cours d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) et de la fermeture des deux centres d'approvisionnement de Nantes et de Lyon qui en découle.

« Ces fermetures ne sont pas justifiées et elles condamnent une partie de la librairie indépendante de province », plaide Patrick Thoumire. Le secrétaire du comité d'entreprise et délégué syndical CFDT, qui avance un taux de participation de 95%, prévient : « le mouvement d'aujourd'hui est un avertissement, mais, en fonction des résultats du prochain CE, nous n'excluons pas une grève illimitée. »

Mercredi 10 octobre, date du prochain comité d'entreprise, l'expert-comptable mandaté par les élus rendra en effet ses conclusions sur la pertinence économique du projet, qui prévoit la suppression de 36 postes, 23 à Lyon et 13 à Nantes, et la centralisation de l'activité de Livre diffusion sur le dépôt d'Ivry, où une quinzaine de postes seraient créés.

Au total, Livre diffusion, détenue aux deux tiers par Gallimard-Flammarion et par La Martinière, emploie 69 personnes. Elle traite 45 millions de volume d'affaires, en prix public hors taxe. Pour le personnel et les libraires, les dépôts régionaux ont un rôle essentiel dans le maintien d'un tissu de petits points de vente du livre, qui rendent un service réel de proximité.

__________
Voir également:
Les libraires de Bourgogne s'insurgent contre la fermeture du Dépôt livre diffusion de Lyon
Les libraires s'inquiètent des fermetures de salles de vente régionales

08.10 2012

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités