Librairies francophones: une matinée pour valoriser les bonnes pratiques | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, le 17.03.2019 à 19h17 (mis à jour le 17.03.2019 à 21h58) Francophonie

Librairies francophones: une matinée pour valoriser les bonnes pratiques

Photo CLARISSE NORMAND LIVRES HEBDO

Les libraires francophones se sont réunis dimanche 17 mars au Centre national du livre pour leur traditionnelle matinée d’échanges qui a fait la part belle cette année à des sujets très concrets.
 

Comme chaque année, en marge de Livre Paris, le Centre national du livre a accueilli, dimanche 17 mars, une soixantaine de libraires francophones pour une matinée d’échanges professionnels. Ce rendez-vous, désormais traditionnel, a permis de faire le point sur de nombreux sujets concrets mais aussi de valoriser certaines pratiques.

Sollicitée pour expliquer « comment mieux lire pour mieux conseiller ses clients », Maryline Noël (Le Comptoir de Santiago, au Chili) a insisté sur l’importance de « sortir des sentiers battus », en lisant en amont des services de presse numériques mais aussi en participant à la vie littéraire française via différents prix ouverts aux libraires, dont Libr’à nous sur Facebook, Hors Concours, Rivages des libraires…

Sur le thème « une économie sociale et solidaire pour le livre ? », Thierry Quinqueton, membre du bureau de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, a pointé l’intérêt que peut représenter, pour les libraires, le statut de société coopérative d’intérêt collectif  (Scic), tandis que Rémi Gimazane, chef du département de l’économie du livre au ministère de la Culture, a évoqué la refonte catalogue du Programme +, autorisant une bonification des prix sur un certain nombre de livres universitaires exportés vers l’Afrique, Haïti et Madagascar.

Un prix spécial dédié aux librairies francophones hors de France

Dans un autre registre, Geoffroy Delmas, responsable de l’organisation du transport à La Centrale de l’édition, et Olivier Aristide, son directeur général, ont fait le point sur les garanties transport et sur les assurances-crédit avec, pour ces dernières, une forte sinistralité en 2018 liée aux liquidations d’Alexandre, en Martinique, de Jasor, en Guadeloupe, ou encore de Bookwitty, ainsi qu'aux difficultés des librairies brésiliennes, Saraiva et la Livraria Cultura, et sénégalaises. A l'inverse, Oliver Aristide a aussi pointé le rédémarrage de l’activité en Grèce et les créations à venir de La Travessa à Lisbonne et à Sao Paolo.

Enfin, François Rossignol, directeur commercial de Livres Hebdo, a présenté le Grand prix des librairies lancé cette année par le magazine, avec un prix spécial dédié aux librairies francophones hors de France. Michèle Aderhold, responsable grands comptes chez Electre, a rappelé l’intérêt et la qualité de l'outil Electre. Et Philippe Bouchon, chargé des librairies francophones au CNL, a clos la matinée en faisant le point sur les récentes évolutions du portail numérique des aides aux libraires.
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre