Livre audio

En position dominante sur le marché du livre audio, avec un catalogue de plus de 10 000 titres, Audible (Amazon) poursuit le développement de ses partenariats avec les éditeurs français. Dans les prochaines semaines, la filiale audio d'Amazon devrait conclure un accord avec Madrigall sur la cession d'une quinzaine de titres issus de l'ensemble des maisons du groupe. « La diversité du catalogue de droits du groupe Madrigall nous permet de développer des partenariats avec Audible comme avec d'autres éditeurs tels Frémeaux & associés ou les éditions Des Femmes, entre autres », note Laure Saget, directrice du développement du livre audio de Madrigall. Cet accord est inédit dans sa forme puisqu'il a été signé avec un groupe pour la production d'une liste de titres. Interrogée, la direction d'Audible n'a pas voulu commenter ce partenariat.

La librairie numérique encourage aussi les accords de distribution. « Nous accueillons entre 2 500 et 3 000 titres francophones par an », explique Constanze Stypula, directrice d'Audible France. Audible obtient la mise en avant de certains titres en exclusivité sur sa plateforme pour une durée déterminée. Afin d'accompagner la sortie de Luca de Franck Thilliez, Lizzie a permis à la filiale d'Amazon de promouvoir Origines, une nouvelle de l'auteur, pendant un mois. La marque audio d'Univers Poche a aussi donné l'exclusivité d'écoute d'un extrait d'une heure de Luca sur Alexa, l'enceinte connectée d'Amazon. « Nous multiplions les supports de diffusion pour attirer plus d'auditeurs », précise Julie Cartier, directrice générale adjointe d'Univers Poche et directrice de Lizzie. De son côté, « Ecoutez lire » (Madrigall) a aussi consenti récemment à Audible l'exclusivité sur la distribution d'H2G2, le guide du voyageur intergalactique. « Nous choisissons des titres classés dans des genres plutôt sous-représentés dans notre catalogue. Nous avons remarqué que l'auditeur de science-fiction et de fantasy, très fidèle, aime les contenus par épisodes », commente Constanze Stypula. Si la filiale d'Amazon n'est pas coproductrice du titre, elle peut financer cette exclusivité comme s'engager à faire usage de ses moyens marketing autour du titre visé. De son côté, Audiolib (60 % Hachette livre, 40 % Albin Michel) a refusé cette pratique. En revanche, « nous avons pu les suivre dans des opérations ponctuelles, notamment dans l'événementiel », précise Valérie Lévy-Soussan, P-DG d'Audiolib.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités