Crise sanitaire

Les librairies ne sont pas concernées par les nouvelles restrictions sanitaires

Photo LH

Les librairies ne sont pas concernées par les nouvelles restrictions sanitaires

Les librairies vont toutefois devoir s’adapter pendant au moins 15 jours, suite aux annonces du gouvernement pour Paris et sa petite couronne.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 06.10.2020 à 18h21,
Mis à jour le 07.10.2020 à 09h09

Pendant quinze jours, le quotidien des libraires risque d’être un peu bousculé. Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont annoncé lundi 5 octobre les nouvelles mesures de restriction pour freiner la résurgence de la pandémie du coronavirus, lors d’une conférence de presse.
 
A partir du 6 octobre, Paris et les départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis) sont soumis aux restrictions déjà mises en place dans certaines villes comme Marseille. "Les « foires » et « parcs des expositions » vont également devoir fermer", a précisé le préfet de police.

Pour les commerces, il y a obligation à mettre en place une jauge de 4m2 par client, pour "encadrer plus strictement le nombre de personnes pouvant se croiser dans les grands centres commerciaux, les grands magasins" a expliqué Didier Lallement. Cela concerne notamment les grandes surfaces culturelles. Si les lieux culturels et les boutiques ne sont pas concernées par ces nouvelles restrictions, elles peuvent néanmoins les appliquer.
 
Les rencontres maintenues
 
Les rencontres littéraires, signatures d'auteurs et lectures sont pour l’heure maintenues dans les librairies, à condition de respecter la distanciation sociale. La librairie des Abbesses (Paris 18e) a décidé de conserver le même protocole pour la dédicace de Mogok d’Arnaud Salaün, vendredi prochain, et devrait recevoir Emmanuel Carrère le 13 octobre.
 
Depuis la fin du confinement, les librairies se sont adaptées à la situation sanitaire pour éviter de créer des clusters. La librairie Gallimard située boulevard Raspail s’est organisée en conséquence : "Pour les signatures, nous avons mis en place un dispositif complet. L’auteur est protégé par un panneau de plexiglas. Les clients sont tous masqués et doivent obligatoirement mettre du gel" explique une employée. La librairie n'envisage pas, pour l'instant, de créer un système de réservation : "Premier arrivé, premier servi" lance-t-elle.
 
A la librairie Dédicaces de Rueil-Malmaison (92), le dispositif est identique. Les clients portent le masque et doivent mettre du gel. La responsable et libraire, Aude Monjaret s’interroge sur les nouvelles directives du préfet de police de Paris. "Pour le moment, les libraires n’ont aucune information. Pour en avoir, on se rejoint sur les groupes Facebook tel que SOS Libraires pour avoir davantage de précision. Mais pour l’heure, nous n’avons pas d’instructions."

Les libraires sont désormais dans l’attente des annonces du Syndicat de la Librairie Française (SLF), pour mettre en place d'éventuelles nouvelles mesures.  





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités