Chine

Les foires de Pékin et Shanghai se disputent l'édition jeunesse

Exposition d'albums jeunesse chinois à la Foire internationale du livre de Pékin (BIBF), du 26 au 30 août 2015 - Photo F.PIAULT/LH

Les foires de Pékin et Shanghai se disputent l'édition jeunesse

Deux ans après la création en novembre par la ville de Shanghai et Reed Exhibitions de la China Children international Book Fair (CCBF), dédiée au livre pour la jeunesse, la Foire internationale du livre de Pékin (BIBF) veut aussi s'imposer comme la référence de ce secteur.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
à Pékin,
Créé le 27.08.2015 à 19h18,
Mis à jour le 28.08.2015 à 15h00

Nouveauté majeure de la 22e Foire internationale du livre de Pékin (BIBF), qui se déroule du 26 au 30 août, l'aménagement d'un espace dédié au livre pour la jeunesse sur près du quart de la surface de la grande manifestation professionnelle témoigne d'une guerre feutrée entre Pékin et Shanghai pour accueillir la foire de référence du secteur en Chine.

Mettant les petits plats dans le grands, la BIBF a convaincu les grands éditeurs chinois d'aménager, dans son espace jeunesse, un stand spécifique en plus du stand généraliste dont ils disposent par ailleurs. Elle y a également attiré d'autres intervenants du secteur comme dangdang. com, l'un des leaders de la librairie en ligne, dont l'offre jeunesse est réputée, des vendeurs de papeterie ou de cartables, des éditeurs intenationaux spécialisés dans l'éducation (McGrawHill, Pearson, Hodder Education, Macmillan Education...) ou le livre de jeunesse, tel le Français Auzou.

Clou de l'opération, une exposition très ludique, qui met en scène sur 1500 m2 quelque 10 000 albums illustrés pour enfants dans 13 langues, et intègre des animations, a attiré dès l'ouverture de la foire des centaines d'enfants et d'éducateurs. La BIBF a aussi organisé la veille de son ouverture un "1er Forum de l'édition jeunesse", avec une centaine de professionnels du monde entier.

Cette intitiative intervient deux ans tout juste après la création à Shanghai, à l'initiative de la métropole qui en a confié la réalisation matérielle à Reed Exhibitions China, de la China Children international Book Fair (CCBF), qui veut constituer en novembre, à six mois de la Foire de Bologne, la manifestation professionnelle de référence de l'édition pour la jeunesse en orient. Après que les deux premières éditions ont séduit par leur dynamisme, la 3e CCBF aura lieu du 13 au 15 novembre prochain.

S'il faut arbitrer entre les deux, Pékin reste le rendez-vous le plus important. Jérôme Baron (Casterman, Flammarion jeunesse)

"Nous avons décidé de créer un espace jeunesse parce que toutes les études montrent que ce secteur est celui qui progresse le plus en Chine, comme d'ailleurs dans le monde, justifie cependant Lin Linying, la directrice de la BIBF. Il y a un potentiel. En tant que foire globale, créée en 1986, nous avions la responsabilité de répondre à la demande et de développer cela."

"Au delà de notre mission pour les professionnels, nous devons aussi jouer un rôle pour le développement de la lecture", poursuit Lin Linying, qui note que la Foire du livre de Pékin intègre également pour la première fois cette année le Festival du livre de Pékin, une manifestation grand public qui se déroulait auparavant la première semaine de septembre.

Si rien n'empêche Pékin et Shanghai de développer chacune une foire grand public pour la jeunesse, la programmation de deux foires professionnelles à moins de deux mois de distance place les éditeurs dans une position embarassante. "La CCBF bénéficie d'une organisation plus professionnelle, mais on doit forcément avoir un stand à la BIBF", observe Shao Ruoyu, directeur éditorial de Zhejiang Juvenile and Children's Publishing House (ZJJ&C), le principal éditeur chinois de livres pour la jeunesse.

Le directeur général du Bureau international de l'édition française (Bief), Jean-Guy Boin, admet que l'évaluation de la place que la BIBF consacre cette année à la jeunesse, par comparaison à la CCBF, est une des premières raisons de sa présence à Pékin cette année. "Ils semblent vraiment décidés à développer ce secteur", observe-t-il. "J'ai beaucoup aimé Shanghai, indique de son côté, directeur des droits de Casterman et Flammarion jeunesse, Jérôme Baron, dont la maison est, parmi les françaises, l'une des plus implantées en Chine. Mais s'il faut arbitrer entre les deux, Pékin reste le rendez-vous le plus important."

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités