Les Britanniques plébiscitent Aurélie Filippetti et les Rencontres de la librairie

Les Rencontres nationales de la librairie à Bordeaux en 2013 © Olivier Dion / LH

Les Britanniques plébiscitent Aurélie Filippetti et les Rencontres de la librairie

Les critiques contre le monopole d'Amazon et le plan de soutien à la librairie indépendante annoncé lors des Rencontres nationales de la librairie de Bordeaux ont suscité un très vif intérêt de la presse britannique.

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet,
avec cc,
Créé le 07.06.2013 à 00h00,
Mis à jour le 07.06.2013 à 00h00

« Amazon est destructeur pour les librairies » a titré la presse britannique reprenant les propos de la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti, lors des Rencontres nationales de la librairie, qui ont eu lieu à Bordeaux les 2 et 3 juin.

Le Daily Mail, The Telegraph, The Guardian, The Financial Times, Techradar, cnbc.com, Telecomtv.com, mhpbooks.com...?pour n'en citer que quelques-uns, ont repris en choeur les propos de la ministre de la Culture française : « Aujourd'hui tout le monde en a assez d'Amazon qui utilise le dumping, des prix cassés et des frais de port gratuits ... pour pénétrer les marchés, puis augmente ensuite les prix quand il est en position de monopole ». Le monopole et les 187 millions d'euros d'impôts impayés (2006-2010), ont scandalisé les journalistes. « Amazon a des problèmes avec les impôts dans d'autres pays comme les Etats-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne, la Chine, l'Allemagne et le Luxembourg » a rappelé le Daily Mail.

La presse a aussi salué le plan de 9 millions d'euros alloué par le gouvernement français pour venir en aide à la librairie indépendante. « Un effort sans précédent en faveur du livre et de la lecture parce que sans les librairies indépendantes, il y aurait moins d'éditeurs et d'auteurs, moins de choix pour les lecteurs et moins de réseaux sociaux dans les villes » a rapporté The Telegraph, citant Aurélie Filippetti, qu'Alex Shepard, éditeur numérique de Melville House et ancien libraire, qualifie de « meilleure et plus cool ministre de la culture » (sur le site mhpbooks.com).

Selon The Guardian, l'Association des libraires britanniques (Booksellers Association) a même plaidé auprès du gouvernement pour qu'il l'aide lutter contre Amazon, « la principale menace pesant sur leur commerce ». « Si Amazon poursuit son expansion, davantage de librairies vont fermer ainsi que des éditeurs et des agents », a affirmé Tim Godfray, président de l'Association. « Une librairie par mois ferme ses portes. 73 d'entre elles ont fermé en 2012, ce qui fait un total de 1 028 librairies indépendantes contre 1 535 en 2005. Beaucoup d'autres fermeront si rien n'est fait contre la domination d'Amazon » a-t-il ajouté.

Tandis que Philip Jones, rédacteur en chef du Bookseller, interviewé par le quotidien, a déclaré : « Le gouvernement britannique devrait étudier sérieusement les initiatives françaises et se rendre compte des ravages créés par Amazon sur le commerce du livre et sur le commerce de détail en général. L'industrie du livre esssaie de dire au gouvernement que son expansion n'est pas anodine [...] Les livres sont considérés comme un bien culturel de première importance en France et en Allemagne, ce n'est pas le cas chez nous ».

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités