Le prix de la romancière couronne Fatima Bhutto | Livres Hebdo

Par Marie-Christine Imbault, le 18.06.2014 à 19h30 (mis à jour le 19.06.2014 à 08h23) Proclamation

Le prix de la romancière couronne Fatima Bhutto

Fatima Bhutto - Photo © LES ESCALES

L’auteure des Lunes de Mir Ali (Les Escales) a reçu ce soir son prix à l’hôtel Montalembert.

Le prix de la romancière attribué à un premier roman de femme a couronné Fatima Bhutto pour Les lunes de Mir Ali paru en janvier dernier aux Escales, un roman qui suit le destin de trois frères et deux femmes dans la petite ville rebelle de Mir Ali, à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan.

En 2011, l’auteure, nièce de Benazir Bhutto, racontait la mort de son père et l’histoire de sa famille au Pakistan dans un essai publié chez Buchet Chastel, Le chant du sabre et du sang.


Le Prix du premier roman de femme a été fondé en 2006, par l’hôtel Montalembert et l’unité de recherche en littérature du CNRS Écritures de la modernité.

Le prix récompense un premier roman publié en langue française. Il est ouvert à toutes les auteures d’expression française dont le roman a été publié l’année qui précède la date de la remise du prix. La lauréate reçoit un trophée créé par le joaillier Arthus Bertrand ainsi qu’un week-end au Montalembert.

Le jury du prix 2014 est composé de Christophe Ono-Dit-Biot (Président), Claire Chazal, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Olivia de Lamberterie, Mathieu Laine, Bernard Lehut, Jean-Christophe Rufin, Catherine Schwaab, Anne-Laure Sugier, Marc Dugain, Violaine Binet, David Foenkinos.

Huit romans étaient en lice

Les Fidélités, Diane Brasseur, éditions Allary
Les Mutilés, Marianne Vic, éditions des Equateurs
Riviera, Mathilde Janin, éditions Actes Sud
Bleu Tatouage, Marie Causse, éditions l’Arpenteur-Gallimard
Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre, Céline Lapertot, éditions Viviane Hamy
Dans la remise, Ines Benaroya, éditions Flammarion
Beyrouth, la nuit, Diane Mazloum, éditions Stock
Les lunes de Mir Ali, Fatima Bhutto, éditions Les Escales

close

S’abonner à #La Lettre