Auto-édition

Le Petit Futé revend Publibook à AParis

Le Petit Futé revend Publibook à AParis

La reprise des éditions Publibook par la société propriétaire d'Edilivre, dont le fonds Olma Invest est l'actionnaire de référence, souligne l'intérêt des investisseurs financiers pour l'auto-édition.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 01.09.2015 à 18h54,
Mis à jour le 01.09.2015 à 19h00

La société AParis qui propose des services d'auto-édition ou d'édition à compte d'auteur sous la marque Edilivre a repris pour un montant non communiqué les Editions Publibook, qui offre les mêmes prestations sous diverses marques (Publibook, Société des écrivains, Mon petit éditeur, Connaissance et savoirs). A la suite d'une mise en redressement judiciaire en 2004, Publibook était passé sous le contrôle des Nouvelles éditions de l'université, plus connues sous leur marque Le Petit Futé.
 
Edilivre emploie 22 personnes et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 2,8 millions d'euros, pour un bénéfice net de 114 000 euros, après avoir connu une succession d'exercices déficitaires. "Nous avons redressé les comptes et doublé le chiffre d'affaires en deux ans. Nous devrions atteindre 3,5 millions à 4 millions d'euros cette année", indique David Stut, directeur général, qui a notamment été directeur e-commerce du groupe Laser (crédit aux particuliers).
 
En 2012 Olma Invest, fonds d'investissement spécialisé à l'origine dans le luxe (hôtellerie, vin), a pris environ 30 % du capital, apportant au total un million d'euros ajoute David Stut, au côté d'autres investisseurs, français et étrangers.
 
Publibook a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 1,6 million d'euros, avec un résultat à l'équilibre. La société emploie 18 personnes. Les deux publient près de 7 000 titres par an, dans "toute la palette des situations entre le compte d'auteur et le compte d'éditeur, en passant par l'auto-édition sur le net. Notre objectif est de proposer un portfolio à la manière d'Author Solutions aux Etats-Unis" explique le directeur général, qui veut "démocratiser l'accès à l'édition". Author Solutions, objet d'un contentieux avec une partie de ses auteurs, a été racheté en 2012 par Penguin pour 112 millions de dollars (100 millions d'euros).
 
L'objectif du regroupement est de négocier de meilleurs prix avec les imprimeurs, en fonction du volume de fabrication. "Edilivre produit environ 500 000 exemplaires par an" précise David Stut. Environ 120 000 sont vendus en librairie ou sur Internet, le reste appartient aux auteurs qui se chargent de leur diffusion.
 
Dans sa communication Edilivre se revendique "1er éditeur de France en 2013", et se présente comme "une maison d’édition alternative et trublionne qui favorise l’émergence de nouveaux talents (...). La maison rassemble une communauté active de plus de 12 000 auteurs, qu’elle anime grâce à une présence soutenue sur les réseaux sociaux et par le biais de ses 27 Clubs Auteurs dans chaque région de France métropolitaine, en Belgique, en Suisse, au Maghreb, au Canada et dans les DOM-TOM". Publibook dit avoir fidélisé "8 000 auteurs qu'elle accompagne fortement grâce à un service personnalisé laissant une grande liberté dans la conception des ouvrages".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités