Le Maroc sera le pays invité de Livre Paris 2017 | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 30.08.2016 à 17h01 (mis à jour le 30.08.2016 à 17h02) Salon du livre

Le Maroc sera le pays invité de Livre Paris 2017

Les vastes pavillons du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca. A l’arrière-plan, le minaret de la mosquée Hassan-II. - Photo ANNE-LAURE WALTER / LH

Le contrat entre le Syndicat national de l'édition, le ministère de la Culture marocain et Reed devrait être signé le 7 septembre à Casablanca.

Le Maroc succédera à la Corée comme invité d'honneur du salon Livre Paris lors de sa prochaine édition qui se tiendra porte de Versailles du 23 au 26 mars 2017. Le contrat qui va lier le ministère de la Culture du Maroc et, en France, le Syndicat national de l'édition (SNE) et Reed Expositions, son prestataire pour l'organisation de la manifestation, doit être signé le 7 septembre à Casablanca, a appris Livres Hebdo auprès de l’Union des éditeurs marocains (UEM).

Cette association créée l'année dernière a négocié cette invitation durant l'été avec le SNE, au nom du ministère de la Culture du Maroc.

C'est la première fois que le Maroc est l'invité du salon Livre Paris. "Nous allons étonner le public parisien en montrant la richesse de la production marocaine en langue française", se réjouit Abdelkader Retnani, le président de l’UEM.

Volontarisme culturel marocain

Pays stable dans une région particulièrement secouée par les bouleversements politiques et sociaux, le Maroc souhaite améliorer sa visibilité au niveau éditorial. L'interprofession s'organise avec la récente création de l'UEM ou l'aménagement d'un stand collectif à Francfort, et l'Etat dégage des budgets.

Il y a deux ans, le pays avait accueilli une édition d'Etonnants voyageurs qui s'était tenue à Rabat-Salé, avec notamment la participation de J.M.G. Le Clézio. Puis, en février dernier, le ministère de la Culture du Maroc avait organisé avec l'agence Astier-Pécher, en marge du Salon international de l'édition et du livre (Siel), un "hub des droits" où huit éditeurs sont venus du monde entier pour nouer des liens avec des éditeurs arabes et africains.

Ce coup de projecteur porté sur le Maroc lors du prochain salon Livre Paris devrait particulièrement intéresser la ministre de la Culture Audrey Azoulay, dont le père est conseiller du roi du Maroc.
close

S’abonner à #La Lettre