Disparition

Le manga perd les frères Shirato Sanpei et Tetsuji Okamoto

Shirato Sanpei et Tetsuji Okamoto - Photo BIG COMIC

Le manga perd les frères Shirato Sanpei et Tetsuji Okamoto

Shirato Sanpei, l'un des pionniers du manga pour adultes au Japon, et son frère Tetsuji Okamoto sont décédés. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 27.10.2021 à 13h07,
Mis à jour le 27.10.2021 à 15h00

Le mangaka japonais Shirato Sanpei, connu pour l'œuvre Kamui Den (Kana), est décédé le 8 octobre dernier à l'âge de 89 ans, des suites d'une pneumonie, a annoncé son éditeur Big Comic. Quelques jours plus tard, le 12 octobre 2021, son frère le dessinateur Tetsuji Okamoto a aussi été victime d’une pneumonie, qui lui a coûté la vie.
 


Publié entre 1964 et 1971 dans le magazine Garo des éditions Seirindō, le manga historique de samouraïs Kamui-den dévoile l'époque féodale japonaise de l'ère Edo (1603-1868). Dans cette saga, on suit trois personnages, Kamui, Shosûke et Ryûnoshin. Le premier d'entre eux est un paria et fait partie de la classe des "non-humains". Décidé à se révolter contre ce système, il devient un ninja. Les deux autres garçons croiseront son chemin : Shosûke, un domestique qui veut être agriculteur, et Ryûnoshin, un guerrier qui deviendra rônin. Chacun à leur façon, ils vont tracer leur chemin sans se soumettre au système féodal.

Le Pionnier du Gekiga

Considéré comme un classique du manga au Japon, Kamui-den a inspiré des générations d'auteurs et quelques grands noms du dessin japonais, comme Riyoko Ikeda (Très cher frère..., La rose de Versailles). La bande dessinée japonaise de 21 tomes fut partiellement proposée aux lecteurs francophones (4 volumes) aux éditions Kana, avant d'être interrompue. En 1982, son frère Tetsuji Okamoto a réalisé une suite à son œuvre phare : Kamui Den Dai-2-bu, longue de 22 tomes.

Né en 1932, Shirato Sanpei, de son vrai nom Noboru Okamoto, est le fils du peintre, Tôki Okamoto. A l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Shirato Sanpei pratique l’art de papier du kamishibaï. Il avait fait ses débuts de mangaka, en 1957 dans le magazine Kogarashi Kenshi. De 1959 à 1962, il se fait remarquer avec la publication de Ninja Bugeichô. Ce manga historique met en scène un ninja au sein d’une atmosphère conflictuelle entre les grands seigneurs féodaux de l’époque Sengoku (1477 - 1573) et les paysans.Shirato Sanpei fut, avec des auteurs comme Kazuo Koike, Gôseki Kojima ou encore Yoshihiro Tatsumi, l'un des pionniers du Gekiga. Ensemble, ils ont contribuéà la reconnaissance du style de manga alternatif, qui s’adresse à un public adulte.


 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités