Le groupe Hachette commercialise ses e-manuels dans les familles | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 12.09.2014 à 19h19 (mis à jour le 12.09.2014 à 20h00) Scolaire

Le groupe Hachette commercialise ses e-manuels dans les familles

Didier, Hachette Education et Hatier ont lancé une campagne de communication auprès des parents d’élèves pour diffuser ses manuels numériques via la plateforme KNE.

“Pour commander, les parents peuvent se rendre sur le site du Kiosque numérique de l’éducation (KNE) indique le communiqué commun de Didier, Hachette Education et Hatier, trois maisons d’édition scolaire du groupe Hachette. Elles ont en effet lancé une campagne de communication dans les magazines de trois fédérations de parents d’élèves pour annoncer l’ouverture de la vente des manuels numériques au grand public. La licence pour deux ans est proposée à partir de 8 euros, jusqu'à plus de 14,50 euros. L’information est aussi disponible au dos des nouveaux manuels.
 
“Toute l’offre du groupe est disponible, du primaire au lycée, et pour toutes les filières du lycée, soit plus de 500 titres” indique Célia Rosentraub, directrice générale d’Hatier.
 
Le groupe met en avant la réduction du poids des cartables, et vise notamment les familles dont les parents sont séparés, afin de limiter les transports de livres entre les foyers pendant les week-end. Il compte aussi sur l’équipement technologique, toutes les familles disposant d’ordinateurs, et 22% des 12-17 ans d’une tablette tactile, souligne le communiqué.
 
Tous les éditeurs scolaires ont commencé à tester la vente directe aux parents, pour ne pas laisser ce marché à l’éditeur numérique lelivrescolaire.com, et pour trouver des revenus en raison de l’effondrement du marché public des manuels imprimés.

Au collège, la réduction des budgets est drastique, plusieurs établissements n’ont pu compléter leur équipement, c’est une situation qu’aucun éditeur scolaire n’a jamais connue et il n’y a pas de perspective d’évolution avant 2016 et l’entrée en vigueur de nouveaux programmes”, explique Celia Rosentraub.
 
Les éditeurs attendent aussi des précisions sur la mise en œuvre de l’ambitieux plan e-éducation annoncé à plusieurs reprises par le gouvernement.
close

S’abonner à #La Lettre