Le G7 de la Culture adopte la "Déclaration de Florence" | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 31.03.2017 à 17h12 (mis à jour le 31.03.2017 à 18h00) Patrimoine

Le G7 de la Culture adopte la "Déclaration de Florence"

Le G7 de la culture

Les sept puissances occidentales veulent mettre les enjeux culturels au cœur de leurs priorités. 

Le premier G7 de la Culture a adopté, jeudi 30 mars dans la soirée, sa première déclaration commune appelée "Déclaration de Florence". Les ministres de la Culture des pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume Uni) étaient pour la première fois réunis à Florence (Italie), en présence d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, et de Tibor Navracsics, commissaire européen à l’éducation, la culture, la jeunesse et aux sports afin de discuter ensemble de la protection du patrimoine culturel et de la culture comme facteur de tolérance.

Les ministres ont réaffirmé "l’importance de la culture comme source et instrument de dialogue et ont rappelé la nécessité de préserver la diversité culturelle. La déclaration appelle les Etats à renforcer les mesures de protection du patrimoine culturel, souligne l’importance de la coopération internationale, ainsi que le rôle majeur de coordination de l’Unesco. Elle appelle en outre les Etats à lutter contre le trafic illicite de biens culturels."

"Au-delà, il s’agit d’affirmer que les enjeux culturels doivent avoir leur place au cœur des priorités de nos pays, au même titre que les enjeux économiques, environnementaux ou de sécurité. Le soutien à la culture, à la diversité culturelle et à l’expression artistique est fondamental comme facteur d’émancipation, d’affirmation des civilisations et de dialogue entre les peuples" rappelle le texte, davantage un projet d'intention qu'une lettre de mission dotée de moyens à employer pour atteindre ces objectifs. 

Ce G7 thématique, qui se déroule les 30 et 31 mars, a donné lieu à plusieurs tables rondes consacrées à la législation internationale sur le patrimoine, aux mesures de protection des sites et bien culturels et à l’éducation à la culture, et notamment la culture comme outil de dialogue et le rôle de la culture dans la crise du système géopolitique mondial face à l'émergence des populismes et nationalismes. 
close

S’abonner à #La Lettre