Disparition

Lawrence Ferlinghetti, poète-éditeur de la Beat Generation, est mort

Lawrence Ferlinghetti - Photo DR

Lawrence Ferlinghetti, poète-éditeur de la Beat Generation, est mort

Apôtre de la Beat Generation, le poète, libraire et éditeur américain Lawrence Ferlinghetti est décédé le 22 février, à San Francisco, à l'âge de 101 ans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
avec AFP,
Créé le 24.02.2021 à 16h51,
Mis à jour le 24.02.2021 à 18h38

Le poète, libraire et éditeur américain Lawrence Ferlinghetti est mort le 22 février, à San Francisco, à l'âge de 101 ans. Dans les années 1950, il était un éminent représentant du mouvement littéraire et artistique de la "Beat Generation", au sein de sa librairie et maison d'édition City Lights, à San Francisco. "Il a continué à écrire et à publier de nouveaux ouvrages jusqu'à ce qu'il ait 100 ans, et son œuvre lui assure une place dans le canon américain", a salué dans un communiqué l'enseigne.

Né à New York en 1919, Lawrence Ferlinghetti passe une partie de son enfance en France, auprès de sa tante. Avant de repartir aux Etats-Unis, il obtiendra un doctorat à la Sorbonne. Après la Seconde Guerre mondiale à laquelle il participe, il ouvre à San Francisco City Lights, une librairie underground. Il y édite des auteurs tels que Jack Kerouac, William S. Burroughs, Charles Bukowski ou Allen Ginsberg.

Jugé pour obscénité

Pour ce dernier, l'éditeur s'était retrouvé au tribunal pour la publication du poème Howl. Arrêté en 1957 et jugé pour obscénité lors d'un procès, il sera finalement acquitté. Le procès est joué dans le film Howl, réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman, dans lequel James Franco incarne Ginsberg et Andrew Rogers Ferlinghetti.

En parallèle de son activité d'éditeur, Lawrence Ferlinghetti avait aussi écrit un recueil de poésie, vendu à plus d'un million d'exemplaires, A Coney Island of the Mind (1958, paru plus tard en France sous le titre d'origine chez maelstrÖm reEvolution).  En 2015, paraissent ses carnets de route (1960-2010), Writing across the landscape, traduits au Seuil en 2019 sous le titre La vie vagabonde. Il y fait le récit, ponctué de dessins et de poèmes, de ses nombreux voyages, de Cuba à l'Australie en passant par le Belize, Paris ou le Transsibérien, et de ses rencontres marquantes.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités