L'avocat et auteur Thierry Lévy est mort | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 30.01.2017 à 17h47 (mis à jour le 30.01.2017 à 18h00) Décès

L'avocat et auteur Thierry Lévy est mort

Thierry Lévy sur le plateau de "Ce soir ou jamais"

Romancier, essayiste, Thierry Lévy s'est insurgé toute sa vie des conditions carcérales en France. Inlassable combattant contre les injustices, grand orateur aux Assises, il avait aussi défendu Claude Cherki, alors P-DG du Seuil, qui poursuivait en diffamation Le Nouvel Observateur.

L'avocat pénaliste, ancien président de l'Observatoire international des prisons, et auteur Thierry Lévy est mort le 30 janvier à l'âge de 72 ans.

Né à Nice le 13 janvier 1945, le fils du journaliste Paul Lévy avait d'abord repris l'hebdomadaire de son père, Aux écoutes, avant qu'il ne soit admis au barreau de Paris en 1969.

L'avocat s'est fait connaître avec la défense de Claude Buffet, jugé pour l'assassinat de deux otages à la prison de Clairvaux. Il ne pourra pas le sauver de la guillotine. De là est né son engagement à dénoncer les conditions de détention du système carcéral français. Il refuse plusieurs affaires, défend les frères Halfen, membre du groupe terroriste Action directe, mais aussi Roger Knobelpiess, Christian Didier, l'assassin de René Bousquet, Eva Joly, contre l'ordre des avocats, Roger Cukierman ou encore l'historien Bernard Lewis. Il a été l'un des combattants pour l'abolition de la peine de mort.

Affaires touchant à l'édition

Thierry Lévy s'est aussi occupé d'affaires touchant à l'édition. En 2005, il a été l'avocat de Claude Cherki, alors P-DG du Seuil, contre Jean-Claude Guillebaud. Le patron de la maison d'édition avait été poussé à la démission suite à un article paru dans le Nouvel Observateur en juin 2004 sur la crise interne que connaissait le Seuil. Dans cet article, Claude Cherki était accusé de s'être enrichi personnellement. Le journaliste poursuivi pour diffamation est finalement condamné.

En 2009, il a assigné les deux auteurs de Ce que je n'ai pas pu dire (Robert Laffont), du juge d'instruction Jean-Louis Bruguière et Jean-Marie Pontaut. Son client Claude Halphen y est présenté comme l'un des membres du commando d'Action directe qui a tué deux personnes en 1983. La relaxe des deux auteurs a été cassée en novembre 2015, quatre ans après le jugement en première instance.

Il avait aussi été l'avocat de Yann Andréa, exécuteur testamentaire de Marguerite Duras, et du groupe PPR (alors propriétaire de la Fnac) dans une autre affaire de diffamation contre les éditions du Carquois qui avait publié François Pinault: l'empire menacé.

Auteur d'une dizaine d'ouvrages

Ce brillant orateur, habitué des Assises, a aussi écrit plusieurs ouvrages : Le désir de punir: essai sur le privilège pénal (Fayard), Le crime en toute humanité (Grasset), Le droit chemin (Plon), ou encore deux romans, La société des femmes et Blessure mortelle (chez Flammarion).

Au début des années 2000, il signe Une justice sans Dieu, Plutôt la mort que l'injustice: au temps des procès anarchistes et Eloge de la barbarie judiciaire chez Odile Jacob. Pour Grasset, il écrit Lévy oblige, essai sur la communauté juive et Nos têtes sont plus dures que les murs des prisons, un réquisitoire contre le système pénitentiaire. Son dernier livre, un roman, a été publié par Plon. Rose: récit (2015), retrace la vie de sa mère.
close

S’abonner à #La Lettre