L'auteur de polars historiques Jean-François Parot est décédé | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 24.05.2018 à 18h44 (mis à jour le 24.05.2018 à 19h00) Disparition

L'auteur de polars historiques Jean-François Parot est décédé

Jean-François Parot.

Le créateur des aventures de Nicolas Le Floch, commissaire à Paris avant la Révolution française, est mort le 23 mai. Le dernier volume, Le prince de Cochinchine, paraîtra le 8 novembre chez 10/18.
 

Le commissaire Nicolas Le Floch est orphelin. Jean-François Parot, le créateur de ses aventures, est mort d’une longue maladie, dans la nuit du 22 au 23 mai, à l’âge de 71 ans.

Né en 1946 à Paris, Jean-François Parot, après avoir passé les concours du Quai d’Orsay, a mené une longue carrière dans la diplomatie. D’abord en poste en 1974 à Kinshasa, il y est ensuite vice-consul. De 1982 à 1987, il est consul général de France à Saigon et à Athènes, puis se retrouve conseiller d’ambassade à Doha, Khartoum, Djibouti, Ouagadougou et Sofia. Il devient ensuite ministre conseiller à Tunis. Entre 2002 et 2006, il est directeur adjoint de la Coopération militaire et de défense. Il termine sa carrière comme ambassadeur de France en Guinée-Bissau (2006-2010), avant de prendre sa retraite.

Ce passionné d’histoire, en particulier celle du XVIIIe siècle français, a eu l’idée de son héros "un soir de froid et de neige", à Sofia, où il était en poste à la fin des années 90. Ainsi est né Nicolas Le Floch, fils naturel d’un marquis devenu commissaire au Châtelet, qui résoud des énigmes dans le Paris misérable de Louis XV et de Louis XVI. Jean-François Parot lui donnera quatorze aventures publiées par Lattès, et en poche par "10/18", entre 2000 (L’énigme des Blancs-Manteaux) et 2017, totalisant trois millions de volumes vendus (poches compris). La dernière, Le prince de Cochinchine, publiée en octobre 2017 chez Lattès, paraîtra en poche en "Grands détectives" (10/18) le 8 novembre. Toujours très documentée, la série fait aussi la part belle à la gastronomie, si bien qu’on retrouve des recettes au fil des volumes tandis que Marion Godfroy leur a consacré un beau livre, A la table de Nicolas Le Floch (Lattès, 2015).

Un auteur aussi érudit qu’humaniste

Les aventures de Nicolas Le Floch ont été traduites en italien, en espagnol, en anglais, en japonais, en russe et en coréen. Elles sont disponibles en version audio chez Audiolib. Elles ont aussi été adaptées à la télévision, à partir de 2008, en une série de douze films, tirés des livres ou imaginés par le scénariste Hugues Pagan, et diffusés sur France 2. Un treizième film a été tourné mais n’a pas encore été diffusé. Elles vont aussi donner naissance à des bandes dessinées : la première, L’énigme des Blancs-Manteaux, sur un scénario d'Olivier Dobremel, illustrée par Tsai Chaiko,  est annoncée le 22 août chez Hachette Comics.

"C’est une merveilleuse aventure qui a duré presque vingt ans. Progressivement la série a conquis la France, l’étranger et la télévision et on a vu son lectorat s’accroître de livre en livre. Jean-François Parot était un auteur aussi érudit qu’humaniste qui observait avec amusement et profondeur la comédie humaine. Il a exaucé ses deux rêves : devenir ambassadeur et écrivain", commente son éditeur Laurent Laffont, directeur général de Lattès, qui dévoile que Jean-François Parot travaillait à une quinzième aventure de Nicolas Le Floch, située en 1793, après la Révolution, et qu’il n’a pu achever.
 
close

S’abonner à #La Lettre