Laurent Wauquiez s'attire les foudres du SLF | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 14.12.2018 à 13h25 (mis à jour le 14.12.2018 à 14h00) Scolaire

Laurent Wauquiez s'attire les foudres du SLF

En voulant changer l'aide aux lycéens pour les manuels scolaires en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez met en danger des dizaines de librairies indépendantes de la région.

Le Syndicat de la librairie française (SLF) a adressé un courrier à Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes afin qu’il renonce à l’achat direct des manuels scolaires par la Région. Le vote du budget doit avoir lieu le 19 décembre.

Laurent Wauquiez veut en effet faire voter une délibération sur la gratuité des manuels scolaires pour les lycéens. Gratuité qui existe déjà avec le Pass' Région, qui finançait notamment les manuels scolaires des lycéens entre 50 et 100 euros.

Ce système serait remplacé par une dotation aux établissements, qui passeraient alors des appels d'offre auxquels ne pouvant cibler que quelques gros acteurs de la distribution. Cela ferait perdre le marché scolaire aux libraires locaux, induisant une perte directe pour le chiffre d’affaires – jusqu’à 25% pour certaines enseignes - ainsi qu’une baisse de la fréquentation. Plus de 160 librairies sont concernées dans la région.

Une absence de concertation

Face au mécontentement des libraires de la région, le SLF a tenu à rappeler au président de la Collectivité : « Si ce projet se concrétisait, il retirerait 30 millions d’euros de chiffre d’affaires aux libraires de la région au profit d’adjudicataires extérieurs. En effet, si le fonctionnement des libraires est tout à fait adapté aux achats par les familles, il ne leur permet pas, sur un plan financier et logistique, de répondre à des marchés publics très importants. Ce sont donc des grossistes spécialisés, implantés en dehors de la région, qui profiteraient de cette réforme, ce qui est tout à fait paradoxal. »
 
Le syndicat souligne que la rentabilité des librairies étant inférieure à 1%, « Dans ces conditions, l’écroulement d’un pan entier de leur activité provoquerait inéluctablement de nombreux licenciements, voire des fermetures définitives. »
 
L’opposition socialiste a également réagit en reprochant le manque de concertation et la mise en péril des librairies indépendantes.
 
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre