Bibliothèque

Laurence Engel, nouvelle présidente de la BNF

Laurence Engel, présidente de la BNF - Photo OLIVIER DION

Laurence Engel, nouvelle présidente de la BNF

Ancienne chef de cabinet de l’ex-ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, médiatrice du livre depuis 2014, Laurence Engel sera la première femme à occuper la présidence de la Bibliothèque nationale de France.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 06.04.2016 à 14h35,
Mis à jour le 06.04.2016 à 15h00

Après une semaine d’atermoiements, le conseil des ministres a annoncé, mercredi 6 avril, la nomination de Laurence Engel à la présidence de la Bibliothèque nationale de France (BNF).

Cette énarque de 49 ans était depuis 2014 médiatrice du livre, un poste créé par la ministre de la Culture et de la Communication d’alors, Aurélie Filippetti, dont Laurence Engel a été la directrice de cabinet entre 2012 et 2014. Elle a occupé entre 2008 et 2012 les fonctions de directrice des affaires culturelles de la Ville de Paris. Elle avait été précédemment, entre 2000 et 2002, conseillère au cabinet de la ministre de la Culture et de la Communication, Catherine Tasca.

Cette nomination met fin au suspens fâcheux créé depuis le 2 avril dernier, quand Bruno Racine, président de la BNF pendant 9 ans, avait quitté son poste au terme de son troisième mandat sans que son successeur ne soit nommé, créant une situation de vacance de poste inédite dans cet établissement.

La nouvelle présidente arrive à la tête du plus important équipement culturel de France, qui, avec 2214 salariés, bénéficie du plus gros budget attribué par le ministère de la culture et de la communication, soit, pour 2016, 176,3 millions d’euros de budget de fonctionnement et 21,6 millions de budget d’investissement. Son premier grand dossier sera la réouverture, au dernier trimestre de cette année, du "quadrilatère Richelieu", le site historique de la Bibliothèque nationale de France, qui rouvrira après 7 années de travaux.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
p

philippe

il y a 4 ans à 15 h 34

la bnf doit évoluer comme l'ensemble des bibliothèques, l'accès à la culture la nuit et le dimanche répond aux besoins des salariés qui ne peuvent s'y rendre durant les horaires de travail, cela permet aux gens de se réchauffer car ils ne peuvent boucler leurs fins de mois en chauffant, cela correspond également à un refuge pour ceux qui loupent leurs derniers trains, pour attendre le train du matin. cela correspond aux sans abris qui n'ont pas de structures ouvertes le dimanche matin. cela correspond à la possibilité de créer des emplois dans les petites communes, cela va permettre à certains de découvrir les supports dématérialisés et les services proposés dans les bibliothèques (vente d'ebook, vente de boissons, vente de supports papiers,nourriture, douches, toilettes etc ...)


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités