Largo Winch, héros multi-support

Gilbert Melki dans Largo Winch (c) Thomas Brémond.

Largo Winch, héros multi-support

La sortie du film dans les salles françaises, mercredi 17 décembre, s'accompagne de la réédition du premier volume de la série BD et d'un DVD documentaire.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec vt,
Créé le 16.12.2008 à 00h00,
Mis à jour le 16.12.2008 à 00h00

Après une série télévisée, Largo Winch passe, le 17 décembre, du 9e art au 7e. Cette sortie dans les salles françaises intervient seulement trois semaines après la parution chez Dupuis du tome 16 de la série BD, qui s'est déjà vendu à 100 000 exemplaires. Elle s'accompagne de la réédition du premier tome avec un bandeau précisant qu'il s'agit de l'histoire à l'origine du film, et de la mise en vente d'un DVD documentaire d'Yves Legrain-Crist.

Auteurs des romans Largo Winch, puis scénariste de la série BD, Jean Van Hamme a toujours rêvé de voir son héros sur grand écran. Une tentative, il y a vingt ans avec le producteur Serge Silberman, n'a jamais pu aboutir. D'autres propositions se sont avérées infructueuses.

La Pan Européenne a finalement pris une option, avec minimum garanti, il y a plus de deux ans, « pour un montant à la hauteur de son univers et de sa notoriété », indique Léon Perahia, responsable de Dupuis Audiovisuel. L'option a été levée lorsque la phase de développement, et notamment d'écriture, a été finalisée.

Tout l'enjeu, pour les auteurs, se situait dans le respect de l'esprit de la BD. Comme le souligne son dessinateur, Philippe Francq, il fallait respecter l'équilibre entre « une grande partie des lecteurs [qui] préfère les histoires bien financières » et « l'autre partie [qui] préfère les histoires d'aventures. »

Avec Van Hamme en consultant, le scénariste Julien Rappeneau et le cinéaste Jérôme Salle ont épuré le script en se focalisant sur les deux premiers albums. Cependant le cadre est plus proche de celui des derniers tomes, car Largo Winch a évolué : imaginé en 1973, sur une commande de Greg, l'héritier du Groupe W a été transposé en BD au milieu des Yuppies de Wall Street, alors qu'il s'adapte désormais à la montée des puissances asiatiques.


"En BD, moins on met d'images, plus l'action est rapide."
Après un an d'écriture, le film a été tourné en 86 jours autour du monde, et sa sortie a été préparée par un imposant dispositif marketing très en amont.

Chez Dupuis, l'opération fourreau continue avec le volume 8, qui comprend le dernier diptyque des aventures de Winch. Parallèlement, Milady publie les romans parus initialement en « Carré noir » Gallimard.

Kanari films profite de l'occasion pour relancer le DVD documentaire d'Yves Legrain-Crist, qui était joint au tome 15 dans sa version collector. Making of d'une bande dessinée, ce 90 minutes est autant l'histoire d'une saga qu'une leçon de BD. Comme le note Philippe Francq, « en BD, moins on met d'images, plus l'action est rapide. » L'inverse du cinéma.

Dupuis Audiovisuel mise désormais sur le deuxième épisode au cinéma avec, sans doute, l'arrivée de Simon, le meilleur ami de Largo Winch. Par ailleurs, la filiale de l'éditeur a cédé les droits de L'épervier, de Soda et surtout de La guerre éternelle au studio hollywoodien de la Fox.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités