La vente sur Internet dépasse la vente en librairie | Livres Hebdo

Par Souen Léger, le 02.07.2014 à 15h55 (mis à jour le 02.07.2014 à 16h00) Etats-Unis

La vente sur Internet dépasse la vente en librairie

En 2013, 35,4 % du chiffre d'affaires des éditeurs américians provenait de la vente de livres en ligne. - Photo FLICKR - CC - BREWBOOKS

Le rapport annuel BookStats révèle que les éditeurs américains gagnent désormais plus d’argent par la vente en ligne, physique et numérique, que par le réseau de points de vente en dur.

L’industrie du livre aux Etats-Unis a franchi un cap en 2013, où les revenus nets des éditeurs américains dans le commerce de détail ont été produits pour 7,54 milliards de dollars par les ventes de livres en ligne, qu’ils soient au format numérique ou imprimés, contre seulement 7,12 milliards par les ventes dans le réseau physique des librairies et autres points de vente en dur, selon le rapport annuel BookStats de l’Association of American Publishers (AAP) et du Book industry study group (BISG). Au total, le chiffre d’affaires de l'ensemble de l’édition américaine est réalisé à hauteur de 35,4% via le commerce en ligne.

Si le rapport ne précise pas le nom des principaux détaillants sur le web, Amazon est le premier à profiter du succès de la vente en ligne. En 2013, le géant mondial accaparait 65% du marché du livre en ligne aux Etats-Unis, contre 25% pour Barnes & Noble (Nook) et 10% pour Apple.

27 milliards de dollars de chiffre d'affaires
 
Par ailleurs, après une année 2012 exceptionnelle grâce aux best-sellers Hunger games et Fifty shades of grey, le chiffre d’affaires des éditeurs américains enregistre une très légère baisse en 2013, à 27 milliards de dollars contre 27,12 milliards l’année précédente.
 
Si les livres numériques poursuivent leur envolée, les recettes qu’ils génèrent stagnent à 3,04 milliards de dollars après une hausse de 43% entre 2011 et 2012. La baisse des prix pourrait être à l’origine de ce phénomène. Le rapport prend aussi soin de mentionner que les livres numériques sans numéro d'ISBN ne sont pas pris en compte dans les statistiques, ce qui exclut par exemple la plupart des ouvrages autoédités.
 
L’étude pointe également la croissance de la non-fiction adulte, plus forte que celle du secteur jeunesse, et la belle performance des livres audio, dont les téléchargements battent tous les records depuis leur apparition sur le marché.
close

S’abonner à #La Lettre