La première sélection du prix du Roman arabe 2018 | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 17.01.2018 à 18h10 (mis à jour le 17.01.2018 à 19h00) Sélection

La première sélection du prix du Roman arabe 2018

Atef Abu Saif, Amir Tag Elsir et Ibrahim Nasrallah - Photo DR

Le jury du prix international du Roman arabe a dévoilé, mercredi 17 janvier, sa sélection de 16 titres choisis parmi une liste de 124 ouvrages de 14 pays différents.

Le jury du prix international du Roman arabe a présenté sa première sélection, mercredi 17 janvier, des 16 titres en compétition. La deuxième sélection annonçant les finalistes de cette 11e édition sera dévoilée en février avant la remise du prix au lauréat le 24 avril, à la veille de l’ouverture de la Foire internationale du livre d’Abu Dahbi, du 25 avril au 1er mai. Le lauréat succédera au Saoudien Mohammed Hasan Alwan pour A Small Death, et recevra 50000$ (environ 40800€). Chacun des six finalistes remporte également 10000$ (environ 8100€).
 
Deux des plus jeunes auteurs, le Saoudien Aziz Mohammed et l’Iraquien Shahad Al Rawi, sont sélectionnés pour leur premier roman, tandis que trois auteurs avaient déjà été sélectionnés pour le prix les années précédentes: Atef Abu Saif pour A Suspended Life en 2015, Amir Tag Elsir pour The Grub Hunter en 2011 et Ibrahim Nasrallah en 2009 pour Time of White Horses.
 
Les 16 titres en lice pour le prix du Roman arabe 2018 :
  • The Earthen Fortress, de Ahmed Abdel Latif (Egypte), Dar al-Ain
  • Christina, de Atef Abu Saif (Palestine), Al Ahlia
  • Passion, de Rasha Adly (Egypte), Arab Scientific Publishers
  • Huddud’s House, de Fadi Azzam (Syrie), Daral-Adab
  • The Last Country, de Antoine Douaihy (Liban), Arab Scientific Publishers
  • Flowers Consumed by Fire, de Amir Tag Elsir (Soudan), Dar Al Saqi
  • The Critical Case of "K", de Aziz Mohammed (Arabie Saoudite), Dar Tanweer
  • The Second War of the Dog, de Ibrahim Nasrallah (Palestine), Arab Scientific Publishers
  • Here is the Rose, Amjad Nasser (Jordanie), Daral-Adab
  • The Black Peacock, de Hamed al-Nazir (Soudan), Medad
  • Baghdad Clock, de Shahad Al Rawi (Irak), Dar al-Hikma
  • Al-Najdi, de Taleb al-Refai (Koweit), That al-Salasil
  • Heir of the Tombstones, de Walid Shurafa (Palestine), Al Ahlia
  • The Frightened Ones, Dima Wannous (Syrie), Daral-Adab
  • Ali, the Story of an Honourable Man, de Hussein Yassin (Palestine), Dar al-Ru'aat
  • Leg Over Leg - in the Sighting of the Lovers' Crescent, de Amin Zaoui (Algérie), Al-Ikhtilef
Faire rayonner le roman arabe
 
Depuis 2008, le prix international du Roman arabe récompense chaque année un roman écrit en arabe et vise à étendre le rayonnement international grâce au financement de traductions. Il est soutenu par la fondation Booker Prize de Londres et par le département de la Culture et du tourisme de l’Arabie Saoudite.

Parmi les titres lauréats des dix dernières années, cinq ont été traduits en français: Oasis du couchant de l’Egyptien Bahaa Taher (Gallimard, 2011, traduit par Simon Corthay et Charlotte Woillez); La Malédiction d'Azazel de l’Egyptien Youssef Ziedan (Albin Michel, 2014, traduit par Khaled Osman); Le Collier de la colombe du Saoudien Raja Alem (Stock, 2011, traduit par Khaled en collaboration avec Ola Mehanna); Les Druzes de Belgrade du Libanais Rabee Jaber (Gallimard, 2015, traduit par Simon Corthay et Charlotte Woillez) et Frankenstein à Bagdad de l’Iraquien Ahmed Saadawi (Piranha, 2016, traduit par France Meyer).
 
Parmi les auteurs de cette première sélection 2018, le Soudanais Amir Tag Elsir, le Jordanien Amjad Nasser, le Palestinien Hussein Yassin et l’Algérien Amin Zaoui comptent déjà plusieurs parutions en français de leurs écrits.
close

S’abonner à #La Lettre