La Foire de Bruxelles renoue avec les 70000 visiteurs | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, à Bruxelles, le 25.02.2018 à 22h09 (mis à jour le 26.02.2018 à 10h47) Belgique

La Foire de Bruxelles renoue avec les 70000 visiteurs

Foire du Livres de Bruxelles 2018

La manifestation qui s’est tenue du 22 au 25 février dans la capitale belge a réussi, avec une journée en moins que les années passées, à atteindre le très haut niveau de fréquentation de 2016. Une performance qui s’est retrouvée sur les ventes.

Asli Erdogan à la Foire du livre de Bruxelles - Photo HELB - ALINE SNOEK
Présidée par l’auteure turque Asli Erdogan, la 48e édition de la Foire du livre de Bruxelles, qui s’est déroulée du jeudi 22 au dimanche 25 février 2018, a accueilli près de 70000 visiteurs, retrouvant ainsi le très haut niveau atteint en 2016 avec l’instauration de la gratuité des entrées. Une performance d’autant plus remarquable que pour la première fois la manifestation a fermé ses portes le dimanche et non le lundi, ramenant sa durée à quatre jours au lieu de cinq.

"Les visiteurs du lundi se sont reportés sur le jeudi et le vendredi, note Grégory Laurent, commissaire général de l’événement. Et le week-end, la fréquentation a été excellente." Outre les conditions climatiques favorables, ensoleillées mais glaciales, il estime que les événements organisés hors-les-murs, ont amené des visiteurs, comme cette chasse aux livres qui permettait aux heureux gagnants de venir faire dédicacer à la foire les ouvrages trouvés dans les rues de la ville. 

Nouveaux publics et nouveaux espaces

S’efforçant de démocratiser toujours plus l’accès à la culture, l’équipe organisatrice est aussi allée chercher de nouveaux publics tant auprès des scolaires que des personnes en voie d’alphabétisation. Et elle s’est donné les moyens d’accueillir des personnes âgées ou à mobilité réduite.
 
Foire du Livres de Bruxelles 2018

Misant sur le bien-être des visiteurs et des exposants, la Foire proposait des espaces de pause conviviaux dont le Bar caché, un restaurant gourmand, et, pour la première fois, un coin sieste avec des hamacs pour se ressourcer.

Accentuant sa dimension internationale, la manifestation a aussi accueilli pour la première un pavillon des Lettres d’Afrique, Antilles et Pacifique, animé de conférences et d’ateliers.

Des ventes en hausse

Résultat, du côté des exposants, qui étaient au nombre de 237, les premiers bilans de vente sont très positifs. "C’est une édition fantastique, lance Patrick Moller, P-DG de Dilibel (filiale de diffusion distribution d’Hachette). Nos ventes ont grimpé de 9% avec de très belles performances en jeunesse et en littérature."

Sur le stand de la chaîne Club, Isabelle Plumier, responsable du réseau de ventes, est aussi plus que satisfaite. "Le vendredi soir nous avions déjà absorbé la perte du lundi. Et le week-end a été très bon. Du coup nos ventes affichent des progressions à deux chiffres."
 
Amélie Nothomb à la Foire du Livres de Bruxelles 2018 - Photo HELB - LOUIS LESSIRE

Alors que la prochaine édition se tiendra du 14 au 17 février 2019 et mettra à l’honneur les Flandres, certaines interrogations se posent à moyen terme sur le maintien de la présence des deux grands exposants Dilibel et Interforum, filiales des groupes français Hachette et Editis. Ces deux groupes de diffusion-distribution vont être confrontés à la disparition d’une source importante de leurs revenus avec la fin de la tabelle programmée entre 2019 et 2021 et des incertitudes pèsent sur le maintien de leur présence en Belgique.

Conscient de l’enjeu, Grégory Laurent pointe la responsabilité qu’ont ces distributeurs sur la Foire mais travaille à la construction d’un modèle de manifestation capable de résister quelles que soient les évolutions.
close

S’abonner à #La Lettre