Essai/France 6 novembre Julien Le Bot

Les « hackers » sont ces petits malins de l'informatique qui déjouent le système de sécurité des ordinateurs à des fins d'appropriation de données et de détournement de fonds (des braqueurs d'un nouveau genre), ou bien de divulgation d'informations classées secrètes dans un esprit de rébellion civique (les lanceurs d'alerte). Né en 1984 dans l'Etat de New York, Mark Zuckerberg est un hacker au sens large. En anglais, le mot désigne aussi les mordus du code, avec leur culture, leur idiome, leurs mœurs de jeunes explorateurs de l'univers numérique.

Ce fils de dentiste et d'une femme au foyer, psychiatre de formation, a commencé à aider son père, fan de technologie, à relier le cabinet dentaire à la maison. Puis à Harvard, le nerd au sourire lisse imagine TheFacebook, une sorte de trombinoscope en ligne mettant en lien les étudiants entre eux... Avec Facebook il s'agissait dorénavant de créer une plateforme sur la Toile en vue de partager photos, idées, projets et se faire des amis, s'inscrivant dans la philosophie du hacker : « rendre le monde plus ouvert et plus connecté ». Libertaire, horizontal, dans un dépassement des vieilles hiérarchies et du mercantilisme de l'entreprise, animé par un esprit d'ouverture, ainsi se résumerait le credo de Facebook. Pourtant, Facebook est bien une entreprise. Et une très grosse. C'est le « F » de GAFAM, le quintette des géants du web avec Google, Apple, Amazon et Microsoft - pas moins de 30 000 employés de par le monde, utilisant une centaine de langues, une valeur boursière qui frise les 500 milliards de dollars en 2019. Quant à la prétendue absence de verticalité et à la transparence supposée, chez Facebook il n'y a qu'un boss, et c'est bien son très secret fondateur et « CEO » (prononcez « si-i-o », P.-DG). Julien Le Bot, l'auteur de Dans la tête de Mark Zuckerberg, le formule bien : « Si tout le monde connaît Facebook (y compris ceux qui n'y ont pas accès, comme les Chinois), nul ne connaît vraiment Mark Zuckerberg. »

Alors « Zuck », « hacker pur beurre ou serial entrepreneur ? » Voire un Citizen Kane 2.0 doublé d'un Big Brother aux ambitions politiques ? Le Bot signe une fascinante anatomie de la boîte au fameux logo bleu (Zuckerberg est daltonien) et des intentions du patron à travers propres discours et témoignages de proches. L'auteur tente de lever le voile. Ce qu'on entrevoit ? Un monstre froid, déterminé, qui a tout compris de la dopamine que sécrète notre cerveau à chaque interaction positive aboutissant au clic « like ». On n'est pas sûr de liker.

Julien Le Bot
Dans la tête de Mark Zuckerberg
Actes Sud
Tirage: 3 000 ex.
Prix: 21 euros ; 384 p.
ISBN: 9782330126889

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités