La couturière Sonia Rykiel s'est éteinte | Livres Hebdo

Par Marine Durand, avec AFP, le 25.08.2016 à 13h23 (mis à jour le 25.08.2016 à 14h06) Disparition

La couturière Sonia Rykiel s'est éteinte

La couturière Sonia Rykiel au défilé de la collection haute couture automne-hiver 2009/2010 de Jean-Paul Gaultier à Paris le 6 juillet 2009. - Photo WIKIMEDIA COMMONS, FLICKR AUTHOR, NICOGENIN

La créatrice de mode Sonia Rykiel est morte à Paris, jeudi 25 août, des suites de la maladie de Parkinson.

Sonia Rykiel, fondatrice de la maison de couture du même nom et surnommée "la reine du tricot", est morte jeudi 25 août à Paris des suites de la maladie de Parkinson, a annoncé à l'AFP sa fille Nathalie Rykiel, elle aussi femme de mode. Sonia Rykiel avait évoqué sa maladie dans le livre N'oubliez pas que je joue, coécrit avec la journaliste Judith Perrignon et paru en 2012 à L'Iconoclaste.

L'inventrice de la "démode", reconnaissable à sa chevelure rousse incendiaire, est née Sonia Flis à Paris, le 25 mai 1930, d'un père français et d'une mère roumaine. Elle avait commencé sa carrière comme étalagiste en 1948, avant d'ouvrir une première boutique à son nom, rue de Grenelle, à Paris. Icône de Saint-Germain-des-Près, dont elle avait embrassé, dans les années 1960, l'esprit "libertaire et poétique", dessinant des créations "libres et insolentes pour l'époque", comme le rappelle Le Monde, Sonia Rykiel était aussi une grande amoureuse de livres.

Elle a publié plusieurs essais chez Grasset, dont l'autobiographique Et je la voudrais nue (1979) ainsi qu'un roman, Les lèvres rouges (1996), illustré le beau livre Colette et la mode (Plume, 1991), raconté ses rencontres avec des artistes célèbres dans L'envers à l'endroit (Fayard, 2005).

En 2001, Evelyne Pisier et Carmen Castillo avaient signé une biographie de la couturière, Sonia Rykiel : quand elle n'a pas de rouge, elle met du noir, parue chez Fayard.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre