Grands Prix d’automne : Grasset domine les premières sélections | Livres Hebdo

Par Marine Durand, Vincy Thomas, le 25.09.2015 (mis à jour le 25.09.2015 à 11h08) Grands Prix d’automne

Grands Prix d’automne : Grasset domine les premières sélections

Au moment où nous avons réalisé cette analyse parue dans LH n°1055 du vendredi 25 septembre, les jurys de l’Interallié et de l’Académie française n’avaient pas encore dévoilé leurs sélections. Mais les listes de romans français du Goncourt, du Renaudot, du Médicis, du Femina, du Flore et du Décembre permettent déjà un bilan des premières sélections des grands prix d’automne 2015.

A quoi ressemble l’auteur francophone sélectionné type ? C’est un homme, né entre 1960 et 1979, qui a déjà publié plus de deux romans, et ayant été édité chez Grasset. Absente de la première sélection du Goncourt, la filiale d’Hachette Livre réussit en revanche à placer sept titres dans au moins l’une des six listes susnommées. Elle est suivie de près par Stock, Gallimard et le Seuil avec six titres chacun. En 2014, Gallimard dominait très largement les premières sélections avec 13 titres en lice.

Côté parité, on est particulièrement loin du compte cette année : sur 59 auteurs primables, on ne trouve que 19 femmes (contre 24 sur 58 l’an passé). En revanche, les différents jurys ont fait honneur aux nouvelles voix : neuf primo-romanciers sont sélectionnés, parmi lesquels le grand reporter Christophe Boltanski (La cache, Stock) se trouve même cité trois fois, dans les listes du Renaudot, du Femina et du Médicis.

Les dates de naissance des romanciers sélectionnés cette saison reflètent un mélange de générations, avec toutefois un noyau d’enfants de baby-boomers. Entre le doyen Hédi Kaddour, 70 ans, en lice avec Les prépondérants (Gallimard) et les "kids" Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, 23 ans, qui signent ensemble leur premier roman, Burn out (Seuil), la liste des écrivains en lice comprend 16 auteurs nés dans les années 1960, et 19 dans les années 1970.

Quant à l’auteur le plus représenté, c’est sans conteste Boualem Sansal. Figurant depuis la semaine du 17 au 23 août dans notre palmarès des meilleures ventes de romans avec 2084 : la fin du monde (Gallimard), l’écrivain algérien a été sélectionné à la fois par les jurys du Goncourt, du Renaudot, du Femina, du Médicis et du Flore.

Marine Durand et Vincy Thomas

close

S’abonner à #La Lettre