Polémique

Franck Bondoux (Festival de la BD d'Angoulême): "Nous allons agrandir la liste, de sorte à inclure des femmes."

Franck Bondoux. - Photo OLIVIER DION

Franck Bondoux (Festival de la BD d'Angoulême): "Nous allons agrandir la liste, de sorte à inclure des femmes."

Accusé de sexisme, le Festival International de bande dessinée d’Angoulême a annoncé qu’il ajouterait des femmes parmi les auteurs sélectionnés parmi les nommés pour le Grand Prix de la manifestation.

J’achète l’article 1.50 €

Par Agathe Auproux, Agathe Auproux,
Créé le 06.01.2016 à 17h08,
Mis à jour le 06.01.2016 à 18h00

"Nous allons agrandir la liste, de sorte à inclure des femmes. Nous devons nous réunir pour discuter des noms, il ne s’agit pas de mettre des femmes car ce sont des femmes, mais parce qu’elles ont du talent. Ajouter une dizaine de femmes serait ridicule, il faut tenir compte du nombre de femmes dans l’ensemble des auteurs. Il s’agit de ne pas faire de discrimination positive, surtout pas dans les champs de l’art et de la culture", explique à Livres Hebdo Franck Bondoux, délégué général Festival International de bande dessinée d’Angoulême (FIBD).
 
30 hommes, 0 femme, telle est la composition actuelle de la liste des auteurs BD en compétition pour le Grand prix du Festival International d’Angoulême qui se tiendra du 28 au 31 janvier. Suite à la publication de cette sélection 100 % masculine mardi 5 janvier, au moins 9 auteurs nommés, Riad Sattouf en premier, ont déclaré se retirer de la compétition.
 
Polémique identique au Festival de Cannes

Alors que la colère gronde et que les accusations de sexisme fusent, Franck Bondoux rappelle à Livres Hebdo que le Festival "n’a pas de machine à remonter le temps", et que "l’histoire de la bande dessinée nous montre que c’est l’homme dessinateur qui règne sur cet art". Loin de vouloir embrasser cette réalité, le délégué général de la manifestation souligne que le FIBD a toujours œuvré pour promouvoir les auteures, en citant notamment la liste des 40 titres retenus dans la Sélection officielle 2016 qui inclut "25 % de femmes alors qu’elles représentent moins de 15 % de l’ensemble des auteurs".
 
"Le Festival est un événement phare à la charge symbolique très forte. Qu’on s’en serve pour porter ce débat hommes/femmes dans le 9e Art, et s’il peut accompagner une prise de conscience collective sur la réalité mathématique du monde de la bande dessinée, c’est tant mieux ! Qu’on parle de la BD féminine!", déclare Franck Bondoux. La même polémique est récurrente au festival de Cannes depuis quelques années, accusé de ne pas sélectionner assez de femmes dans sa compétition.
 
Marjane Satrapi et Posy Simmonds dans les tréfonds du classement

Il expose également que lorsque le Festival a changé le mode de désignation de son lauréat du Grand Prix, en faisant élire celui-ci par l’ensemble des auteurs de BD (environ 3000 votants), il a introduit dans la liste des sélectionnés Marjane Satrapi et Posy Simmonds. "Ces deux femmes se sont retrouvées dans les tréfonds du classement à l’issue des votes de la profession. C’est pourquoi, conformément au règlement, elles sont sorties de la liste.", détaille le délégué général, qui s'est par ailleurs exprimé dans un long billet sur le site internet de la manifestation, intitulé "Le Festival d'Angoulême aime les femmes... mais ne peut pas refaire l’histoire"
 
Ce matin du 6 janvier sur France Info, la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin déclarait: "La culture doit être exemplaire en matière de parité et de respect de la diversité, le compte n'y est pas tout à fait. C'est quand même un peu étonnant même si probablement  les femmes sont sous-représentées parmi les auteurs de bandes dessinées qu'on n'ait pas trouvé sur trente noms, un seul nom de femme à honorer. Donc moi aussi je suis un peu perturbée".

Dans son rapport 2015 sur la production annuelle de bandes dessinée dans l’espace francophone européen, Gilles ratier, secrétaire général de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD), révèle que sur les 1399 auteurs européens de BD francophones recensés en 2015, seulement 173 sont des femmes (soit 12,4 %). Sur les 15 dernières années, leur nombre a doublé: elles étaient 80 pour 1100 auteurs en 2001. 

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
p

Pascale

il y a 4 ans à 18 h 29

"il ne s’agit pas de mettre des femmes car ce sont des femmes, mais parce qu’elles ont du talent." : donc, avant que la question ne leur soit posée, ils n'en ont trouvé aucune de talent ??? Ou l'idée d'en chercher n'a peut-être même pas émergée dans leur esprit ?? Je ne suis pas spécialiste de BD mais j'en connais déjà quelques unes, alors si les personnes directement impliquées n'en connaissent pas, qu'ils changent de domaines ! "l’histoire de la bande dessinée nous montre que c’est l’homme dessinateur qui règne sur cet art" : l'histoire évolue, fort heureusement, peut-être faudrait-il une femme comme prochaine déléguée du Festival d'Angoulême.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités