Forte progression des livres électronique | Livres Hebdo

Par Annie Favier, avec Buchreport, le 04.10.2013 (mis à jour le 10.10.2013 à 23h00) Allemagne

Forte progression des livres électronique

L'avenir du livre électronique est très prometteur en Allemagne, même si son prix est jugé trop élevé par les consommateurs, selon une enquête de GfK.

Alors que la courbe des ventes de liseuses tend à se stabiliser, la vente des contenus se développe en revanche de façon tout à fait dynamique sur le marché allemand. C'est l'un des éléments qui ressort d'une enquête sur la situation des e-books. reprise par notre confrère Buchreport. Elle est réalisée par l'institut GfK, qui s'est appuyé sur un panel de 20000 consommateurs.

Au cours du premier semestre de 2013, la vente des livres numériques a progressé de 68%, pour atteindre un chiffre d'affaires de 74 millions d'euros (en dehors des manuels scolaires). Selon les sondeurs, les ventes devraient encore fortement progresser au cours des deux derniers trimestres de l'année.

L'âge de l'acheteur typique de livres électroniques se situe entre 30 et 59 ans, avec un âge moyen de 42 ans, alors qu'il est de 50 ans pour les lecteurs de livres papier.

Le lecteur a des revenus assez élevés et un degré d'instruction qui se situe plutôt au niveau du secondaire. Par ailleurs, 15% des consommateurs (en particulier les 20-29 ans) trouvent "intéressante", voire "très intéressante" la possibilité de trouver des livres électroniques enrichis.

Alors que le prix du livre électronique est, en moyenne, de 40% inférieur au prix du livre imprimé, les consommateurs le jugent encore trop élevé. Cette remarque va complètement dans le sens d'une enquête express sur ce thème qu'avait réalisé Buchreport en août dernier.

Dans son ensemble, la part  du téléchargement de musique, jeux, et e-books représente environ 11% du marché du divertissement dans son ensemble, et a progressé de 20% au premier semestre, avec un chiffre d'affaires de 401 millions d'euros.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre