Dossier

Dossier young adult : le temps de l'émancipation

Young adult - Young adult - Photo OLIVIER DION

Dossier young adult : le temps de l'émancipation

En perte de dynamique, le secteur young adult se recentre sur ses valeurs sûres, avec Netflix en toile de fond, tout en libérant ses ambitions pour la création française.

J’achète l’article 4.5 €

Par Sophie Gindensperger,
Créé le 14.06.2019 à 00h00,
Mis à jour le 14.06.2019 à 13h31

« Non au "Young adult" à Livres Paris » : l'année a commencé douloureusement pour le secteur, avec cette une tribune publiée dans Le Monde début janvier, et signée par de nombreux écrivains et personnalités du monde de la culture. S'opposant avant tout à l'utilisation d'anglicismes, elle égratignait quand même au passage le secteur d'un rapide petit tacle : « Passons sur le bien-fondé de cette catégorie qui remonte au succès commercial d'Harry Potter - et se distinguerait peut-être d'une littérature "adulte mûr" et d'une troisième, "vieil adulte". »

Péché originel

Voilà une polémique dont le secteur se serait bien passé, d'autant qu'après plus de vingt ans d'existence et de succès indubitables, celle-ci ressasse le péché originel du « young adult » : celui de vouloir faire coïncider une catégorie marketing à un genre littéraire, alors qu'elle en recouvre une multiplicité. Mais le concept (traduit parfois par « jeunes adultes » ou « ado adultes ») venu tout droit des Amériques, et dont les émissaires n'ont été autres que la saga Twilight de Stephenie Meyer, Hunger games de Suzanne Collins, ou encore Nos étoiles contraires de John Green, a su trouver sa légitimité en drainant les lecteurs. Ils sont encore plus de 20 000 dans la communauté de lecteurs Page Turners romans, lancée il y a trois ans par Bayard et Milan. Mais ces vagues successives de phénomènes de librairie sont désormais assez lointaines. « Le secteur se cherche depuis quelque temps. On a vécu de belles années et là, le public est un peu plus difficile à situer dans ses attentes. Mais il reste dynamique par ses inattendus », estime Marion Jablonski, directrice d'Albin Michel Jeunesse. Si les frontières d'âges ne font pas toujours consensus (à partir de 13 ans, 15 ans, jusqu'à 25, 30 ou même plus), ces textes en général très narratifs ont en commun de mettre leurs jeunes héros face à des épreuves qui correspondent à l'entrée dans l'âge adulte, dans un univers imaginaire ou réaliste.

« Ce qui nous manque actuellement pour faire venir des lecteurs, c'est un phénomène. Une locomotive qui ramène les lecteurs occasionnels, qu'on perd au profit de Netflix », estime Xavier d'Almeida, directeur de collection chez Pocket Jeunesse, leader du secteur. D'autant plus que la production n'a que très peu diminué. « Il y a tellement de nouveaux romans que c'est comme au cinéma, la semaine de la sortie peut être fatale », ajoute-t-il. Pas vraiment tentés par les grands formats et leurs nouveautés, les jeunes lecteurs se tournent plus facilement vers le poche, notamment chez Pocket Jeunesse, dans laquelle on retrouve, outre son propre fonds, des titres de chez Talents hauts ou Nathan, qui trouvent une visibilité renouvelée.

Questions de société

L'an dernier, la publication de The hate U give (La haine qu'on donne) d'Angie Thomas par Nathan avait mis un coup de projecteur sur une ébullition éditoriale autour de questions de société très actuelles, comme la condition des Noirs aux Etats-Unis. Le livre, adapté en film, n'a pas quitté la liste des best-sellers du New York Times. En France, il s'en est vendu un peu plus de 30 000 exemplaires selon GFK. « La clé est dans la diversité, celle des langues, des écritures, des sujets, estime Carola Strang, la directrice éditoriale Fiction domaine étranger chez Nathan Univers Jeunesse. Un texte a sa chance s'il apporte quelque chose de nouveau, de différent. Avec le young adult, on n'est pas tant que ça dans une littérature normée. » L'éditeur, qui poursuivra l'an prochain avec le nouveau roman d'Angie Thomas, On the come up, vient de publier un autre livre phénomène outre-Atlantique : Children of blood and bone,t. 1, De sang et de rage, une fresque de fantasy africaine qui aborde la question du racisme, écrite par une Américaine d'origine nigériane, Tomi Adeyemi.

« C'est un secteur très difficile ces dernières années, après le boom des grosses licences, les ventes sont plus faibles et les succès incontournablement liés aux séries Netflix », avance Cécile Térouanne, directrice d'Hachette Romans, qui publie de nombreux ouvrages liés à la plateforme de streaming dont la préquelle officielle de la série Riverdale, celle de Stranger things, Runaway Max ou encore un roman lié à la série Sabrina, à paraître en septembre. Netflix, qui compte aujourd'hui plus de 5 millions d'abonnés en France, a révélé sa puissance sur le créneau du young adult, qu'elle a investi bien plus que ses concurrents, avec l'immense succès de la série 13 reasons why, adapté du roman de James Asher (Albin Michel) qui évoque le harcèlement et le suicide d'une jeune fille.

Si les adaptations d'œuvres sont depuis longtemps un enjeu de ce secteur aux récits très cinématographiques, elles sont aujourd'hui rejointes en masse par des novélisations et autres préquelles romancées, forme de produit dérivé qui doit être réalisé en partenariat avec le géant du streaming. Là, ce sont les enchères qui priment, et Lumen a créé la surprise en remportant, l'année où la maison souffle ses cinq bougies, le roman Stranger things : suspicious minds, dont la troisième saison est attendue en juillet. « Netflix, c'est une révolution, un bouleversement, et je pense qu'il était important d'y aller. De plus, l'ambiance poisseuse de la série et le charme des personnages passent très bien la barrière de l'écrit », s'enthousiasme Cécile Pournin, directrice de Lumen.

Cette profusion de projets rend cependant les éditeurs très dépendants de l'entreprise américaine :Carmen Sandiego, série animée basée sur un jeu vidéo vintage, dont un roman dérivé a été publié chez Hachette Romans, n'a pas bénéficié d'un important plan média au moment de son lancement, en janvier. « Netflix, ça ne crée pas des phénomènes comme on en a eu, c'est une espèce de maintien, avec des choses qui n'émanent pas de la sphère littéraire, plus des déclinaisons. Ce qui amène l'adolescent à la lecture, c'est quelque chose qui s'inscrit dans une dimension transmédiatique », analyse Cécile Térouanne. « L'adaptation en film ou en série n'a plus le même impact sur les ventes qu'avant, il faut que le film marche vraiment », enchérit Xavier d'Almeida.

La situation rendant les acteurs du secteur moins enclins à surenchérir sur les projets anglo-saxons, beaucoup misent aujourd'hui sur l'émergence d'auteurs français. « Il y a moins d'énormes best-sellers, mais la créativité ne baisse pas. Les Français écrivent de plus en plus pour le young adult, parce que ce sont de plus en plus des auteurs qui ont grandi avec ça. C'est une catégorie éditoriale en développement en France, très nettement », assure Thierry Laroche, directeur éditorial littérature française chez Gallimard Jeunesse. « On est dans une période difficile en librairie, mais ce qui compte, c'est que nos livres s'installent. On est sur des long-sellers, on regarde sur plusieurs années », renchérit Jean-Paul Arif, fondateur et éditeur de la maison d'édition Scrineo. « Construire une vraie politique d'auteur, cela ne marche que dans un marché stable », ajoute Tibo Bérard, éditeur responsable du secteur romans chez Sarbacane, qui rappelle que « la création française coûte moins cher que d'aller chercher des enchères ». Une création qui prend une nouvelle valeur, puisque Netflix, encore lui, a aussi faim de récits français. « Pour la première fois, on a rencontré Netflix parce que sa division européenne cherche des projets d'adaptation », confie Thierry Laroche. Cette nouvelle donne est bien intégrée par les Français, comme le confirme Glenn Tavennec, directeur de la collection « R » chez Robert Laffont, qui pour certains projets avance « à l'anglo-saxonne » : « On travaille dès le début avec l'auteur, on accompagne sa démarche, comme quand on bosse un film avec un scénariste. »

Création

En attendant les succès de cette French touch, chacun est attentif aux frémissements éditoriaux et commerciaux, et prêts à tenter de nouvelles expériences, Hachette publiera à l'automne un roman graphique dans sa collection Hachette Romans,Heartstopper, qui évoque l'homosexualité, et dont l'auteure, Alice Oseman, a déjà publié un roman chez Nathan. Cette veine plus graphique, portée notamment par le secteur plus en forme actuellement des 8-12 ans, a aussi été expérimentée par Albin Michel, qui s'est vu décerner le prix Vendredi 2018, prix national de littérature ado, pourLes amours d'un fantôme en temps de guerre, dans lequel l'auteur et illustrateur Nicolas de Crécy mêle avec sa patte singulière récit et dessin (4 500 exemplaires vendus selon GFK). « Pendant longtemps, un tel ouvrage n'aurait pas trouvé sa place dans le catalogue de romans. Le rapport texte-images évolue », estime Marion Jablonski. Quant àCursed, à venir chez Gallimard à la rentrée, il coche à la fois la case graphique et la case Netflix, puisque ce récit qui revisite la genèse des héros de la Table ronde, dont les auteurs sont le célèbre auteur de bandes dessinées Frank Miller et l'écrivain et producteur Tom Wheeler, a été développé à la fois comme un roman illustré et une série de 10 épisodes produits et diffusés par Netflix. Ces tentatives d'innovation graphique résonnent avec la prise de conscience de cette classe d'âge spécifique dans le secteur de la bande dessinée : dès l'an prochain, un prix consacré à cette catégorie d'albums sera remis lors du Festival d'Angoulême.

Les principaux éditeurs

En valeur entre mai 2018 et avril 2019

Une nouvelle jeunesse pour des textes oubliés

Plusieurs éditeurs aujourd'hui vont aller pêcher dans le fonds des textes d'auteurs de fiction ultra-connus ou, au contraire, négligés, et les réaiguiller vers le secteur young adult. Talents hauts a ainsi entrepris un travail de fourmi à la recherche des textes écrits par des femmes pour les réhabiliter, comme Marie-Claire de Marguerite Audoux ou Isoline de Judith Gautier. « On veut montrer que les femmes ont toujours écrit et que si on les connaît moins, c'est qu'elles sont moins visibles. C'est un message très important pour les jeunes », explique Laurence Faron, sa directrice éditoriale. « Chercher dans les marges et dans les oublis », c'est aussi ce que préfère Dominique Bordas, directeur éditorial de Monsieur Toussaint Louverture, qui lance une collection destinée aux adolescents, « Toussaint Laventure », avec des textes auxquels il veut redonner une nouvelle chance, comme le classique Watership down de Richard Adams, mais aussi un inédit en France, Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle de Rohan O'Grady.

De son côté, Albin Michel Jeunesse republie sous forme de roman pour ados des nouvelles de Stephen King (Brume, Le corps), tandis que Gallimard réédite les romans typiquement young adult de l'Américaine Joyce Carol Oates (Sexy, Nulle et grande gueule), publiés au début des années 2000.

Qui sont les auteurs de young adult en France?

Stéphane Marsan, Bragelonne - Photo OLIVIER DION

Bien que le secteur soit lié au marché anglo-saxon, les auteurs français ont investi le young adult. Tous n'ont pas le même profil : certains faisaient déjà de la littérature pour adolescents avant qu'elle ne prenne cette étiquette. C'est le cas de Marie-Aude Murail à L'Ecole des loisirs (Sauveur & fils, dont le tome 5 arrive en librairie fin septembre). Parmi les incontournables, on retrouve l'hyperactive Florence Hinckel, qui s'inscrit à la fois dans une littérature réaliste, cette année dans Nos éclats de miroir, roman épistolaire où la jeune héroïne s'adresse à Anne Frank (Nathan), ainsi que dans sa série Le grand saut (Nathan), ou encore Quatre filles et quatre garçons (Talents hauts, chez Pocket Jeunesse depuis le mois dernier), mais aussi dans l'anticipation avec une série de romans publiés chez Syros. Avec Vincent Villeminot, dont le Nous sommes l'étincelle est un roman phare de Pocket Jeunesse ce printemps, elle a participé en 2015 à l'expérience U4 (Nathan-Syros), une série de quatre ouvrages écrite à huit mains.

Etendard

La veine imaginaire est importante dans ce secteur qui mêle tous les genres, à l'image de Fabrice Colin, plusieurs fois primé, au grand prix de l'Imaginaire notamment, et dont la plume s'adresse aux adolescents aussi bien chez Talents hauts (La bonne aventure, à la rentrée) que de façon plus réaliste chez Albin Michel (Rester debout : Simone Veil ou la naissance d'une légende, ou une biographie de Marilyn Monroe à l'automne).

Victor Dixen, auteur de la série de science-fiction à succès Phobos, dans la collection « R » de Robert Laffont, publie ces jours-ci son nouveau roman, Cogito, sur le thème de l'intelligence artificielle. Auteur venu, lui, de la fantasy, Gabriel Katz (déjà aperçu chez Scrineo) inaugure la nouvelle collection « Big bang » labellisée young adult chez Bragelonne avec Le serment de l'orage, au côté d'une jeune auteure, Chloé Jo Bertrand, dont Apocalypse blues est le premier roman.

« Aujourd'hui, le young adult est un étendard pour les jeunes auteurs, une zone temporaire. C'est là que viennent les auteurs qui ne se reconnaissent pas dans la littérature générale, dans les limites de genres ou d'âges. Ça se traduit par une liberté dans l'écriture, y compris dans le style, très cash, très oral », estime Stéphane Marsan, fondateur et directeur de Bragelonne. La passe-miroir, immense succès de Gallimard, aujourd'hui phénomène international, dont le tome 4 est attendu à l'automne, est le fruit du concours du premier roman organisé par l'éditeur et remporté par Christelle Dabos.

Les maisons françaises misent sur de jeunes auteurs et les suivent : c'est le cas dans une veine réaliste de Clémentine Beauvais (Les petites reines, Brexit romance) ou d'Emilie Chazerand (La fourmi rouge et Falalalala à paraître à la rentrée) chez Sarbacane, c'est aussi celui dans le courant imaginaire de Floriane Soulas chez Scrineo (Rouille, Les noces de la renarde), qui compte aussi parmi ses plumes Aurélie Wellenstein, auteure « coup de cœur » du festival Imaginales en 2017, qui a publié cette année le remarqué récit d'anticipation climatique Mers mortes, mais aussi un roman sur la défense de la cause animale, Blé noir, dans la collection « Electrogène » de Gulf Stream.

C'est aussi sur le Net que les éditeurs vont chercher des talents, tel Albin Michel qui publie la booktubeuse et auteure Nine Gorman (Le pacte d'Emma, Ashes falling for the sky), et se prépare à publier un roman de l'influenceuse Estelle Fitz, Les Mélansires, ou encore Gallimard, qui a repéré l'auteure de Ceux qui ne peuvent pas mourir, Karine Martins, à paraître à la rentrée, sur Wattpad.

Enfin, à l'instar d'Olivier Adam, qui a publiéLa tête sous l'eauchez Robert Laffont (collection « R ») à la rentrée dernière, des écrivains estampillés littérature générale se frottent aussi à ce secteur, particulièrement chez L'Ecole des loisirs, qui a publié cette annéeHome sweet homed'Alice Zeniter et Antoine Philias, et proposera en septembreEdende Rebecca Lighieri, alias Emmanuelle Bayamack-Tam. 

Les 50 meilleures ventes en young adult

Mai 2018-avril 2019 - Livres Hebdo/GFK

La récession qui touche le secteur voit les lecteurs se diriger vers des valeurs sûres, celles qui ont fait les grandes heures du young adult, et aujourd'hui disponibles en poche. On trouve donc dans le trio de tête, Les filles au chocolat de Cathy Cassidy, publié en 2012, Nos étoiles contraires de John Green, publié en 2013, et enfin, le premier volume de la saga La passe-miroir, lui aussi de 2013. Le passeur de Lois Lowry, enfin, est un classique de la dystopie régulièrement recommandé dans les programmes du collège. 13 reasons why, phénomène éditorial et audiovisuel depuis 2017 après son adaptation sur Netflix, bénéficie du renouvellement de la série, dont la troisième saison est attendue. Beaucoup de séries emblématiques de la grande vague du young adult, découvertes à leur tour par des nouvelles générations de lecteurs, occupent ainsi une bonne partie de ce top 50. Le premier roman grand format, The hate U give (Nathan), qui a pourtant bénéficié de la sortie d'un film en janvier 2019, ne pointe qu'à la septième place, devant Qui ment ?, roman à suspense aussi chez Nathan.

Les 50 meilleures ventes en young adult
Rang Titre Auteur Editeur Prix
1 Nos étoiles contraires John Green Pocket jeunesse 7,50 €
2 Thirteen reasons why Jay Asher Le Livre de poche jeunesse 6,90 €
3 Les filles au chocolat, vol. 1 : Cœur cerise Cathy Cassidy PKJ 6,20 €
4 La passe-miroir, vol. 1 : Les fiancés de l'hiver Christelle Dabos Gallimard-Jeunesse 8,65 €
5 Le passeur Lois Lowry Ecole des Loisirs 6,80 €
6 Percy Jackson Volume 1, Le voleur de foudre Rick Riordan Le Livre de poche jeunesse 6,90 €
7 The hate U give La haine qu'on donne Angie Thomas Nathan Jeunesse 17,95 €
8 Les filles au chocolat Volume 2, Coeur guimauve Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,30 €
9 Qui ment ? Karen M. McManus Nathan 17,95 €
10 La 5e vague, vol. 1 Rick Yancey Pocket jeunesse 8,30 €
11 Love, Simon Becky Albertalli Hachette romans 17,00 €
12 Les misérables Victor Hugo Le Livre de poche jeunesse 4,95 €
13 L'épreuve, vol. 1 : Le labyrinthe James Dashner Pocket jeunesse 7,80 €
14 Hunger games Volume 1 Suzanne Collins Pocket jeunesse 7,80 €
15 Les filles au chocolat Volume 3, Coeur mandarine Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,30 €
16 Cherub, vol. 1 : 100 jours en enfer Robert Muchamore Casterman 6,50 €
17 La passe-miroir, vol. 2 : Les disparus du Clairdelun Christelle Dabos Gallimard-Jeunesse 9,40 €
18 Les filles au chocolat Volume 4, Coeur coco Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,30 €
19 Divergente Volume 1 Veronica Roth Pocket jeunesse 8,10 €
20 Les filles au chocolat Volume 5, Coeur vanille Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,30 €
21 Les filles au chocolat Volume 6, Coeur cookie Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,40 €
22 Le journal d'Aurélie Laflamme Volume 1, Extraterrestre... ou presque ! India Desjardins Michel Lafon Poche 6,60 €
23 La passe-miroir Volume 3, La mémoire de Babel Christelle Dabos Gallimard-Jeunesse 18,00 €
24 Les filles au chocolat Volume 3 1/2, Coeur salé Cathy Cassidy Pocket jeunesse 4,95 €
25 Miss pain d'épices Cathy Cassidy Pocket jeunesse 6,40 €
26 L'Epouvanteur, vol. 15 : La résurrection de l'Epouvanteur Joseph Delaney Bayard Jeunesse 14,90 €
27 Journal d'une peste, vol. 1 Virginy L. Sam Pocket jeunesse 5,95 €
28 L'épreuve Volume 2, La terre brûlée James Dashner Pocket jeunesse 7,80 €
29 Darkest minds, vol. 1 : Rébellion Alexandra Bracken Le Livre de poche jeunesse 7,90 €
30 L'épreuve Volume 3, Le remède mortel James Dashner Pocket jeunesse 7,80 €
31 Miss Peregrine et les enfants particuliers Volume 1 Ransom Riggs Le Livre de poche jeunesse 7,90 €
32 La 5e vague, vol. 2 : La mer infinie Rick Yancey Pocket jeunesse 7,90 €
33 Percy Jackson Volume 2, La mer des monstres Rick Riordan Le Livre de poche jeunesse 6,90 €
34 Everything, everything Nicola Yoon Le Livre de poche jeunesse 6,90 €
35 Hunger games Volume 2, L'embrasement Suzanne Collins Pocket jeunesse 7,80 €
36 Cherub, vol. 2 : Trafic Robert Muchamore Casterman 6,50 €
37 Les filles au chocolat Volume 5 1/2, Coeur sucré Cathy Cassidy Pocket jeunesse 4,95 €
38 La tête sous l'eau Olivier Adam R. Laffont 16,00 €
39 Percy Jackson, vol. 3 : Le sort du Titan Rick Riordan Le Livre de poche jeunesse 7,50 €
40 Sur le fil Estelle Maskame Pocket jeunesse 16,90 €
41 Another story of bad boys Le final Mathilde Aloha Hachette romans 18,00 €
42 Cherub, vol. 17 : Commando Adams Robert Muchamore Casterman 6,95 €
43 L'Epouvanteur, vol. 1 : L'apprenti Epouvanteur Joseph Delaney Bayard Jeunesse 7,90 €
44 Riverdale : the day before Micol Ostow Hachette romans 13,90 €
45 Stranger things : suspicious minds Gwenda Bond Lumen 17,00 €
46 L'aube sera grandiose Anne-Laure Bondoux Gallimard-Jeunesse 14,90 €
47 La quête d'Exilant, vol. 1 : D'un monde à l'autre Pierre Bottero Rageot 8,00 €
48 Hunger games Volume 3, La révolte Suzanne Collins Pocket jeunesse 7,80 €
49 Le théorème des Katherine John Green Pocket jeunesse 7,50 €
50 Les filles au chocolat Volume 6, Coeur piment Cathy Cassidy Nathan Jeunesse 5,90 €

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités