Des Molières et des livres | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 29.05.2018 à 16h01 (mis à jour le 29.05.2018 à 17h00) Théâtre

Des Molières et des livres

Photo DR

Jean-Philippe Daguerre, Ariane Mnouchkine et Joël Pommerat sont les grands gagnants de la 30e cérémonie des Molières qui s'est tenue lundi 28 mai à la Salle Pleyel (Paris 8e).

Avec Adieu Monsieur Haffmann (Les Cygnes, 2017), Jean-Philippe Daguerre est ressorti grand vainqueur de la 30e cérémonie des Molières, qui a eu lieu à la Salle Pleyel (Paris 8e) lundi 28 mai. Sa tragicomédie, qui retrace l'histoire d'un bijoutier juif qui se cache pour échapper aux Nazis, a été récompensée par quatre statuettes, à commencer par le Molière du théâtre privé. L'auteur a été sacré meilleur auteur francophone vivant. Julie Cavanna, qui joue le rôle de l'épouse du joaillier, a remporté le Molière de la révélation féminine tandis que Franck Desmedt, qui donne ses traits à un nazi, a gagné le Molière du comédien dans un second rôle.
 
La "reine" Ariane Mnouchkine
 
La légendaire Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil, a été couronnée par le Molière du metteur en scène d'un spectacle de théâtre public pour Une chambre en Inde, écrite sur fond des attentats de novembre 2015. Elle est la troisième femme à recevoir ce prix après Irina Brook (2001) et Zabou Breitman (2004). Aussi récompensée par le Molière de la meilleure pièce du théâtre public, cette pièce met en scène une troupe qui se retrouve en Inde alors que les attentats frappent Paris, et qui détourne l'horreur des attaques par le rire pour tenter de mieux l'appréhender.
 
Quelques ouvrages retracent la carrière d'Ariane Mnouchkine dont Ariane Mnouchkine : un parcours théâtral de Laurence Labrouche (L'Harmattan, 1999) et le volume 6 des Écrivains de plateau de Bruno Tackels (Les Solitaires intempestifs, 2013). L'auteure évoque sa conception de la mise en scène avec des élèves en écoles de théâtre en 2008 dont les échanges sont disponibles chez Actes Sud (2016) sous le titre Ariane Mnouchkine.
 
Trois statuettes pour Joël Pommerat
 
Dernier auteur à remporter plusieurs statuettes : Joël Pommerat. Déjà multiprimé en 2016, il a reçu les Molières de la création visuelle et du meilleur metteur en scène d'un spectacle de théâtre privé pour Cendrillon, édité la première fois chez Actes Sud en 2012, qui offre une nouvelle version du conte classique bâtie sur le deuil et le malentendu. Actes Sud rééditera la pièce le 27 juin. Joël Pommerat a aussi été récompensé du Molière du jeune public pour Le petit Chaperon rouge (Actes Sud, 2005, réédité en 2014).
 
Jean-Pierre Darroussin est couronné meilleur comédien dans un spectacle de théâtre privé pour son rôle dans la reprise d'Art de Yasmina Reza, disponible chez Albin Michel (2009) et en poche chez Folio Gallimard (2017). L'adaptation, par Benjamin Guillard, de l'essai d'Antoine Leiris, Vous n'aurez pas ma haine, publié chez Fayard en 2016 suite aux attentats du 13 novembre 2015, remporte le Molière du Seul(e) sur scène pour Raphaël Personnaz, qui a profondément touché le public lors de son discours.
 
Marivaux et Molière séduisent toujours
 
L'Histoire du soldat de Charles-Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky (L'Avant-scène théâtre, 2017), mis en scène par Stéphan Druet, est reconnue comme étant le meilleur spectacle musical.
 
Laura Calamy et Marina Hands sont toutes deux nommées meilleures comédiennes, respectivement dans les catégories "spectacle de théâtre privé" et "spectacle de théâtre public". Laura Calamy a joué dans Le jeu de l'amour et du hasard  de Marivaux et Marine Hands dans Actrice de Pascal Rambert (Les Solitaires intempestifs, 2017)
 
Le gros diamant du Prince Ludwig de Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shiels, adapté par Gwen Aduh et Miran Pradier, a reçu le Molière de la Comédie. Jacques Gamblin a remporté le Molière du comédien dans un spectacle de théâtre public pour son rôle dans 1 heure 23'14" et 7 centièmes.
 
Le Tartuffe de Molière permet à Christine Murillo d'être élue meilleure comédienne dans un second rôle. Enfin, Le fils de Florian Zeller (L'avant-scène théâtre, 2018), nommé dans six catégories, est le grand perdant de la soirée. Il n'est reparti qu'avec le Molière de la révélation masculine, décerné à Rob Paradot.

Mais la vraie gagnante est sans aucun doute Blanche Gardi, Molière de l'Humour avec Je parle toute seule, et discours le plus drôle de la soirée.
 
close

S’abonner à #La Lettre