Spécial Francfort

Des fjords et des lecteurs

Balestrand, commune norvégienne située dans le comté du Sogn og Fjordane et la région du Sogn. - Photo DR/CC BY-SA 3.0

Des fjords et des lecteurs

Cinq choses à savoir sur le marché du livre en Norvège, pays invité d'honneur à la Foire du livre de Francfort, du 16 au 20 octobre. _ par

J’achète l’article 1.50 €

Par Anne-Laure Walter,
Créé le 11.10.2019 à 00h00,
Mis à jour le 10.10.2019 à 20h17

Terreau littéraire fécond, qui a enfanté trois prix Nobel de littérature, Bjørnstjerne Bjørnson, Knut Hamsun et Sigrid Undset, mais aussi Henrik Ibsen et récemment des auteurs à l'envergure internationale comme Jo Nesbø ou Karl Ove Knausgård, la Norvège est l'invitée d'honneur de la prochaine Foire de Francfort, du 16 au 20 octobre.

1. Une terre de lecteurs

Avec ses 5,2 millions d'habitants, la Norvège a un PIB par habitant deux fois supérieur à celui de la France. Selon une étude réalisée en 2017 par le Syndicat national des libraires (1), 82 % des Norvégiens déclarent avoir acheté un ou plusieurs livres au cours de l'année. Les lecteurs ont lu en moyenne 17 livres en un an (60 % en lisent moins de 10 par an et 40 % plus de 10). Le chiffre d'affaires des éditeurs s'élevait à 488 millions d'euros en 2016.

2. Un marché concentré

La Norvège compte environ 400 maisons d'édition, mais 96,2 % du chiffre d'affaires est réalisé par 25 d'entre elles. Les principaux groupes sont Cappelen Damm (29 % du marché) qui édite notamment Giulia Enders, Thomas Piketty ou J.-M. G. Le Clézio ; Gyldendal Norsk (22,5 %) qui a traduit de nombreux classiques comme Proust, Hemingway ou Mario Vargas Llosa ; Aschehoug (10,4 %) l'éditeur des polars français de Fred Vargas ou Pierre Lemaître et Vigmostad & Bjorke (9,7 %), qui a à son catalogue Danielle Steel, Stephen King ou Elizabeth George. Parmi les particularités du pays, les éditions Davvi Girji publient en langue same, qui est, avec le norvégien, l'autre langue officielle, parlée en Laponie.

3. Des éditeurs-libraires

En Norvège, les plus grandes maisons d'édition possèdent les principales chaînes de librairies. Ark appartient à Gyldendal Norsk, Norli à Aschehoug tandis que les 12 succursales de la chaîne Tanum, principalement située à Oslo, sont la propriété de Cappelen Damm. Les groupes éditoriaux détiennent aussi les centrales de distribution. Les livres sont exonérés de TVA pour la vente au client final. Un système hybride entre prix fixe et prix libre repose sur un accord de branche.

4. Une offre accessible

La Norvège compte 572 librairies, soit une pour 9 000 habitants, et 3 500 bibliothèques sur l'ensemble du territoire. En l'absence d'Amazon, le site norvégien Bokkilden capte une grande part des ventes en ligne. Mais la plupart des chaînes pratiquent le click & collect.

5. Une ouverture sur le monde

Les traductions représentent un tiers des nouveautés contre 18,5 % en France (Source : Livres Hebdo/Electre Data Services). 2 491 nouveaux titres ont été traduits en 2016. Si, comme en France, plus de la moitié des traductions viennent de l'anglais, 12 % proviennent du suédois et 3,6 % du français. Les services des droits en France annoncent 116 cessions vers la Norvège en 2018 (source SNE), tandis que le marché français a accueilli en 2018, 51 titres traduits du norvégien selon Electre Data Service. La vague du polar scandinave, notamment, a porté ces dernières années les traductions depuis ce pays.

(1) La plupart des statistiques présentées ici ont été réunies par le Bureau international de l'édition française (Bief).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités