Manifestation

Des bibliothécaires de Plaine commune font grève contre l’ouverture du dimanche

Le 17 octobre, les manifestants se sont retrouvés devant la bibliothèque centrale de Saint-Denis contre la mise en place de l’ouverture le dimanche après-midi dans neuf bibliothèques de Plaine Commune. - Photo CGT

Des bibliothécaires de Plaine commune font grève contre l’ouverture du dimanche

Les contestataires pointent la fermeture des bibliothèques de quartier le jeudi pour mobiliser du personnel le dimanche en centre-ville. Ils souhaitent aussi être libres ce jour là, quand leur hiérarchie leur oppose un besoin exprimé par les habitants.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 20.10.2021 à 16h32,
Mis à jour le 21.10.2021 à 15h39

Pour eux, « le dimanche, j’ai bal » et « c’est jour de lessive ». Mais le dimanche, on ne va pas à la bibliothèque, selon les agents qui manifestaient le 17 octobre contre l’ouverture des neuf médiathèques de centre-ville de Plaine Commune (Seine-Saint-Denis), qui ouvraient pour la première fois ce jour-là. Les agents devront désormais se relayer sept dimanches par an, en touchant un bonus de 100€ net pour chacun d'entre eux. « Les agents qui travaillent dans les médiathèques de quartier sont appelés en renfort le dimanche. Mais personne n’a été embauché avec un contrat spécifiant qu’il travaillerait le dimanche », accuse le syndicaliste CGT Fabrice Brejon, bientôt huit ans d’ancienneté aux bibliothèques de Plaine Commune.

« Ouvrir le dimanche est une demande des habitants », défend Séverine Eloto, chargée de la Lecture publique et de refondre les horaires des 22 bibliothèques du réseau. Car au 1er janvier 2022, la loi exigera qu’un agent public travaille effectivement 1607 heures par an. Soit une perte de six jours de congés qui fait grincer les dents… Et change les plannings.

Deux à trois heures en moins

Au global, les médiathèques de centre-ville gagnent ainsi entre deux et quatre heures d’ouverture en semaine. Celles de quartier en perdent entre deux et trois… « Mais l'ouverture des mediathèques de centre-ville le dimanche est faite aussi pour les habitants des quartiers », soutient l’élue, qui pense que « la présence des bibliothécaires des quartiers en centre ville le dimanche crée un élément de familiarité pour les publics des quartiers ».

Un motif de mécontentement, c’est de ne plus pouvoir accueillir les classes le jeudi après-midi. Grief balayé par Séverine Eloto, qui donne l’exemple de Saint-Denis : « A Don Quichotte, aucun impact. A Ulysse, les deux accueils de classe en autonomie ont été suspendus mais il est envisagé d’en rétablir un sur des temps d’ouverture au public. Et à Gulliver, seul un créneau proposé à titre exceptionnel le vendredi à 14h ne le sera plus. Il était déjà peu programmé avant la mise en place des nouveaux horaires », détaille-t-elle.

Consultation des habitants

La direction assure avoir limité la casse en fermant le créneau le moins fréquenté de la semaine, le jeudi après-midi dans les bibliothèques de quartier et le jeudi soir dans celles de centre-ville, selon des enquêtes réalisées par les agents volontaires début 2021. « Je ne veux pas me battre contre les chiffres, rétorque le membre de la CGT, mais on a une vocation d’accueil des habitants et des écoliers du quartier. Devoir renforcer les équipes du centre-ville nous pose problème en matière de politique de proximité. » Le collectif a ouvert une caisse de soutien aux grévistes, qui manifestent à nouveau dimanche prochain.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités