Déménagement conflictuel chez Dunod | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 17.12.2015 à 17h23 (mis à jour le 17.12.2015 à 18h00) SOCIAL

Déménagement conflictuel chez Dunod

Les salariés de la maison appartenant au groupe Hachette s'opposent au transfert de leurs bureaux à Malakoff.

Actuellement implanté rue Laromiguière dans le 5e arrondissement de Paris, l'éditeur scientifique Dunod devrait déménager à Malakoff en avril prochain selon la décision du groupe Hachette auquel il appartient. Dunod a absorbé Armand Colin en 2014 (sciences humaines, autre filiale d'Hachette) et compte environ 110 salariés installés dans ses bureaux situés tout près du Panthéon.
 
Près d'une centaine d'entre eux ont signé une pétition envoyée à Arnaud Nourry, P-DG du groupe, exprimant leur refus de ce projet de déménagement annoncé en octobre dernier. Des négociations ont été ouvertes, sans résultat probant a jugé une majorité de salariés. Plusieurs dizaines d'entre eux ont exprimé leur désaccord en arrêtant le travail pendant une heure, le 15 décembre, au siège de l'entreprise.

Un allongement des temps de transport
 
Plus vastes, les nouveaux locaux coûteraient aussi plus chers en loyer, ce qui entraînerait une baisse des résultats et de la participation. Les salariés s'inquiètent aussi d'une dégradation de leurs conditions de travail en raison d'un allongement des temps de transport et de "la non-attractivité d’un quartier périphérique". "Renoncer à une implantation privilégiée dans le quartier Latin entraînera nécessairement une dévalorisation de l’image universitaire de Dunod/Armand Colin et enverra un message négatif à son public d’étudiants et d’enseignants ainsi qu’à ses auteurs", font-ils valoir.
 
Dunod a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 28,7 millions d'euros et un bénéfice net de 1,6 million d'euros. La direction d'Hachette n'a pu être jointe. Le groupe a rassemblé cette année l'essentiel de ses effectifs dans son nouveau siège à Vanves, et a conservé des locaux à Malakoff pour une autre partie de ses activités. Une partie de ses filiales, essentiellement les maisons littéraires, mais aussi Larousse ou Le Livre de poche, restent à Paris.

close

S’abonner à #La Lettre