Disparition

Décès de Marie Dabadie, ancienne secrétaire de l'académie Goncourt

Marie Dabadie en 2014, lors de la remise du prix Goncourt à Lydie Salvayre. - Photo Olivier Dion

Décès de Marie Dabadie, ancienne secrétaire de l'académie Goncourt

Marie Dabadie est morte dans la nuit de Noël à l'âge de 80 ans. Elle avait été, de 1998 à 2018, la secrétaire de l'académie Goncourt. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pierre Georges,
Créé le 26.12.2023 à 16h05 ,
Mis à jour le 27.12.2023 à 19h27

« L'âme du Goncourt », comme Livres Hebdo la présentait dans un portrait paru en 2016, s'est éteinte. Marie Dabadie est décédée dans la nuit du 24 au 25 décembre 2023, à l'âge de 80 ans, d'après une information du Figaro. Elle avait été, 20 années durant, la secrétaire de l'académie Goncourt, poste qu'elle a occupé jusqu'à 2018. Dans le cadre de cette fonction, spécialement créée pour elle, elle était la seule salariée de l'académie Goncourt. 

Cette dernière a, dans un communiqué en date du 27 décembre, indiqué avoir « appris avec une infinie tristesse la disparition de Marie Dabadie, qui fut pendant vingt ans sa secrétaire dévouée, lumineuse et passionnée. La maladie qui a fini aujourd’hui par l’emporter l’avait en 2018 empêchée de poursuivre son travail auprès de l’académie, qui adresse à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances ».

Lire : Marie Dabadie, l’âme du Goncourt

Journaliste, passée par Le Figaro, Women's Wear Daily et l'Architectural Digest, elle dirige ensuite une société de production de documentaires, avant de se voir proposer, en 1998 par François Nourissier, membre de l'académie depuis 1977, de « tenir la baraque » du Goncourt. « Je ne pouvais pas refuser un tel cadeau, moi qui ai passé mon enfance le nez plongé dans les livres », expliquait-elle à Livres Hebdo depuis son appartement du boulevard Saint-Germain saturé de livres. 

Au sein de la prestigieuse académie, elle s'occupait aussi bien de l'organisation des voyages que des réunions, de la comptabilité, des relations avec la presse et les éditeurs, des archives et du courrier. Création du site Internet du prix, dépôt de la marque "Goncourt", relais des fiches de lecture d'été des jurés... Par ses idées, elle avait su se rendre indispensable au plus prestigieux prix littéraire français et à ses jurés. 

Comme ces derniers, elle recevait tous les livres de la rentrée littéraire et participait aux débats. Si elle ne prenait pas part aux votes, elle sortait à l'occasion de sa réserve pour donner son avis. Comme en 2008 lorsqu'elle suggéra aux jurés de primer Atiq Rahimi pour « servir l'image », de l'académie. 

bn,k;
Photo OLIVIER DION

En 2018, à 74 ans, Marie Dabadie avait ensuite été démie de ses fonctions. Une nouvelle qu'elle avait vécue comme « un coup de poing dans l'estomac », comme elle le confiait alors à Livres Hebdo. « Nous n'avons rien à lui reprocher. C'est une décision qui a été approuvée par l'ensemble de l'académie Goncourt [...]. Marie Dabadie a atteint l'âge de la retraite après 20 ans de services irréprochables », précisait Bernard Pivot, alors président de l'académie Goncourt, toujours à Livres Hebdo. 

Remplacée par Françoise Rossinot, Marie Dabadie avait par la suite été déléguée de l'association des Écrivains de marine. Fille de Pierre-Étienne Guyot, premier président du Paris Saint-Germain, Marie Dabadie, née Marie Martin-Guyot, a été mariée pendant 18 ans avec l'artiste et académicien Jean-Loup Dabadie, avec qui elle a eu deux fils, puis a été la compagne de l'homme politique Jean-François Deniau. 

Les dernières
actualités