Décès de François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT | Livres Hebdo

Par Amélie Boutet, le 02.01.2017 à 16h18 (mis à jour le 02.01.2017 à 19h10) Disparition

Décès de François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT

François Chérèque - Photo CFDT

L’ancien syndicaliste français, qui était âgé de 60 ans, s'est éteint le lundi 2 janvier 2017 des suites d'une longue maladie.

François Chérèque, ancien secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), est décédé lundi 2 janvier, à l’âge de 60 ans, des suites d’une leucémie diagnostiquée en septembre 2015. Il était aussi l'auteur de deux essais et d'un livre d’entretien polémique Si on me cherche… avec Carole Barjon, publié en 2008 chez Albin Michel.

Né le 1er juin 1956 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), François Chérèque a dirigé le deuxième syndicat français entre 2002 et 2012. Nommé inspecteur général des affaires sociales (IGAS) en 2013 et président de l’Agence du service civique en janvier 2014, il avait suspendu ses activités en septembre 2015 pour suivre un traitement de chimiothérapie et quitté ses fonctions à la tête de Haut-commissaire à l’engagement civique en juin 2016 pour "raisons de santé”.

Un homme d'engagement et d'humanité

Dans son essai Réformiste et impatient ! paru en 2005 au Seuil, François Chérèque proposait une analyse critique de la société française, présentant son point de vue sur la crise des solidarités, les transformations du travail, le capitalisme contemporain et les conservatismes qui creusent les inégalités en empêchant l'individu d'accéder à une autonomie véritable.

Patricia, Romain, Nabila et les autres : le travail, entre souffrances et fierté, paru en 2011 chez Albin Michel, décrivait la vogue d'une certaine forme de "management par la terreur" qui se révèle destructrice pour les employés et souvent contre-productive pour l'entreprise elle-même. 
 
"Francois Chérèque est décédé. Mes pensées vont à sa famille, aux militants et tous ceux qui ont connu l’homme exceptionnel d’engagement et d’humanité qu’il était. Le syndicalisme perd une grande figure, la CFDT un responsable déterminant et moi un ami très cher", a salué sur son compte Twitter Laurent Berger, qui lui a succédé comme secrétaire général de la CFDT.

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre