David Thomson remporte le prix Albert-Londres du Livre | Livres Hebdo

Par Clotilde Ravel, le 04.07.2017 à 18h16 (mis à jour le 04.07.2017 à 19h00) Prix

David Thomson remporte le prix Albert-Londres du Livre

David Thomson - Photo DR

Dans Les Revenants (Les Jours / Le Seuil), le journaliste a donné pendant cinq ans la parole à des Français partis faire le djihad en Syrie et de retour en France.

David Thomson (36 ans) a reçu, mardi 4 juillet, le premier prix Albert-Londres du Livre pour Les Revenants (Les Jours / Le Seuil). La récompense lui a été remise à Paris, au cours d'une cérémonie au centre Pompidou, en présence du jury, présidé par Annick Cojean, et des lauréats des deux dernières années.
Des Français revenus du jihad

L'ouvrage primé, sous titré "ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France", recense les témoignages de Français partis rejoindre des groupes jihadistes en Syrie, et qui ont choisi de rentrer. Journaliste à Radio France Internationale (RFI), David Thomson travaille sur le jihadisme depuis une dizaine d’années, et a déjà publié Les Français jihadistes (Les Arènes, 2014).

Doté de 3000 euros, ce prix littéraire créé cette année accueille les ouvrages de journalistes de moins de 40 ans qui répondent "aux critères journalistiques d'enquête ou de grand reportage, à l'exclusion des bandes dessinées et des livres de photographie, en alliant le ton, le style et l'audace chers à Albert Londres".

David Thomson était en compétition avec Adrien Absolu pour Les forêts profondes (Lattès), Guillaume Lavallée pour Drone de guerre (Editions du Boréal) et Laure Marchand pour Triple assassinat au 147 rue Lafayette (Actes Sud).

Doté de 3000 euros, ce prix littéraire accueille les ouvrages de journalistes de moins de 40 ans qui répondent «aux critères journalistiques d'enquête ou de grand reportage, à l'exclusion des bandes-dessinées et des livres de photographie, en alliant le ton, le style et l'audace chers à Albert Londres"

Doté de 3000 euros, ce prix littéraire accueille les ouvrages de journalistes de moins de 40 ans qui répondent «aux critères journalistiques d'enquête ou de grand reportage, à l'exclusion des bandes-dessinées et des livres de photographie, en alliant le ton, le style et l'audace chers à Albert Londres"

Autres récompenses

Samuel Forey a quant à lui remporté le 79e prix de la presse écrite pour son traitement de la grande bataille de Mossoul pour Le Figaro.
Il y a quinze jours, le journaliste avait été blessé dans l'explosion d'une mine qui a tué ses confrères Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiyar Haddad, à qui la cérémonie de remise des prix était dédiée.

Tristan Waleckx et Matthieu Rénier sont les gagnants du 33e Prix audiovisuel, pour leur sujet sur l'industriel français, homme d'affaires et patron de médias, Vincent Bolloré.

Créé en hommage au journaliste français (1884-1932), père du grand reportage moderne, le prix Albert-Londres récompense chaque année le meilleur reporter de presse écrite, le meilleur reporter audiovisuel (depuis 1985) et désormais le meilleur livre d'enquête ou de grand reportage.
close

S’abonner à #La Lettre