Contes et comptes au cinéma | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 27.11.2018 à 17h43 (mis à jour le 27.11.2018 à 18h00) Sorties en salles

Contes et comptes au cinéma

Le 28 novembre, quatre adaptations hollywoodiennes sortiront au cinéma: deux films familiaux, Le Grinch et Casse-Noisette, un blockbuster pour ados Robin des bois et un film noir féministe Les veuves.

Un conte qui règle ses comptes pour commencer. Après les Minions et Moi, moche et méchant, les studios Illumination reviennent avec un classique de la littérature jeunesse: Le Grinch. Il est vert, il est amer, il déteste Noël, et veut priver les habitants de Chouville de ce rituel annuel sucré et coloré. Ce personnage imaginé en 1955 par Dr. Seuss est une icône de la pop culture américaine. On l’a déjà vu au cinéma en 2000 avec Jim Carrey dans le rôle du grincheux, mais aussi sur scène, en comédie musicale et en téléfilm animé.
Cette version animée, aussi brillante que sage, fidèle au livre (et déconseillée à ceux qui haïssent vraiment la période des fêtes) est accompagnée de cinq livres en librairie. Le Nouvel Attila a réédité Comment le Grinch a volé Noël, le conte original. Hachette jeunesse publie quatre ouvrages : l’album du film, Bienvenue à Chouville, Je suis le Grinch et le roman du film.

On ne racontera pas cette histoire universelle. Le classique jeunesse Casse-Noisette et le roi des souris d'Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1816) , dont la traduction par Alexandre Dumas a servi de livret au ballet mondialement célèbre de Piot Ilitch Tchaïkovski, revient sur grand écran. Ce film « fantasy » produit par Walt Disney, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes veut se détacher du ballet pour revenir au conte allemand.
Le conte d’Hoffmann, traduite par Jenny Ladoix et illustré par Roberto Innocenti, est disponible chez Gallimard jeunesse, avec une nouvelle édition parue en octobre.
Hachette publie plusieurs livres autour du film. Hachette jeunesse-Disney a prévu trois histoires en images, Hachette romans et Audiolib ont sorti le 7 novembre respectivement une novélisation et une version lue. En bibliothèque rose, Hachette jeunesse a aussi publié en poche le roman du film. Enfin Hachette pratique a décliné en livre jeu l’histoire avec 50 marque-pages à colorier.

Tout aussi légendaire, mais pas vraiment pour les enfants, Robin des bois est de retour. Ce blockbuster pour adolescents, aux résonnances très contemporaines et au style très moderne, produit par Leonardo DiCaprio, s’ajoute aux nombreuses versions cinématographiques autour de ce mythe fictif devenu personnage littéraire vers la fin du Moyen-âge. Au cinéma, Robin a été le héros d’une trentaine de films.
En librairie, on peut retrouver une version d'Alexandre Dumas (toujours lui) chez Bartillat en poche, et une autre de Michael Morpurgo, illustrée par Jean-Philippe Chabot, chez Folio junior.

Loin du conte, mais pas du compte, il y a cette autre histoire de “pauvres qui prennent aux riches”: Les veuves,  une adaptation élégante, signée Steve McQueen (oscarisé avec 12 Years a Slave), qui met en scène quatre femmes s’essayant à leur premier casse. Le film est avant tout un film noir, mélancolique, féministe sur un monde dominé par des hommes cupides et corrompus. Le roman britannique de Lynda La Plante est transposé à Chicago (dans le quartier de la famille Obama). Il est inédit en France, tous comme les deux autres volumes de la série Dolly Rawlins. Les autres polars de l’auteure sont disponibles au Livre de poche ou au Masque.
Enfin signalons la sortie de Lola et ses frères, réalisé par Jean-Paul Rouve, qui a coscénarisé l'histoire avec l'écrivain David Foenkinos, et le lancement cette semaine de la rétrospective d'Isaki Lacuesta au Centre Pompidou: le musée et l'éditeur Mare & Martin publieront en décembre Le cinéma d'Isaki Lacuesta, une monographie consacrée aux différents aspects de l'oeuvre du cinéaste catalan, dont une intsallation est exposée à Pompidou et où, le dernier film, Entre dos aguas, Grand prix à Saint-Sébastien en septembre dernier, est projeté.


 

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre