Belgique

Conflit Dilibel-SLFB : l’association des Éditeurs belges s’en mêle

Benoit Dubois - Photo AURORE DELSOIR

Conflit Dilibel-SLFB : l’association des Éditeurs belges s’en mêle

Après le tollé provoqué par le maintien de la TVA par Dilibel, l’ADEB demande aux libraires indépendants de suspendre leur appel au boycott d’Hachette. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 16.01.2021 à 11h49,
Mis à jour le 19.01.2021 à 15h54

Seulement deux jours après l’annonce du SLFB (Syndicat des Libraires Francophones de Belgique) qui reprochait à Dilibel, la centrale de distribution d’Hachette en Belgique, de ne pas avoir abandoné le différentiel de TVA d’un demi-point qui sépare les prix français des prix belges après la suppression de la tabelle, l’ADEB (Association des Éditeurs Belges) réplique avec un communiqué à toute l’interprofession. Elle demande au SLFB de suspendre « immédiatement son appel à boycotter Hachette » tout en précisant que « cette attitude serait moins préjudiciable aux intérêts de tout le secteur. »

Le 13 janvier, le SLFB avait écrit une lettre pour annoncer que les librairies membres du syndicat refuseront à l’avenir de recevoir les représentants du groupe Hachette et ne commanderont qu’un minimum de leurs ouvrages. Cette situation vient d’un différentiel de TVA que le distributeur Dilibel a décidé de maintenir entre ses livres vendus en France et ceux vendus en Belgique.

Le differentiel de TVA, une "non-question"

Pour l'ADEB, la TVA ne fait pas partie du décret: c’est une "matière fédérale et ce ne sont donc pas quelques acteurs francophones seuls qui fixeront des règles d’alignement" rappelle le communiqué. "Le SLFB a une interprétation impossible du décret" clarifie à Livres Hebdo Benoît Dubois, directeur de l'ADEB. "Pour moi, c'est une non-question" ajoute-t-il.

Membre d'une commission de suivi ayant pour but de rêgler les questions relatives à l'application du décret, l'ADEB regrette aussi que le SLFB n'ait pas saisi cette commission. Le directeur de l'association l'y invite vivement : "nous insistons pour que le SLFB entre en négocation car Hachette est un grand groupe et ce conflit pourrait toucher d'autres maillons de la chaîne du livre". 

De son côté, le SLFB, à travers la voix d’Yves Limauge, rappelle que les libraires membres du syndicat ont proposé de prendre en charge ce différentiel pour que Dilibel ne débourse rien. 


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités