Avant-portrait

Colombe Boncenne est une fille joueuse. Et son premier roman, qui se trame dans les coulisses de la création littéraire et de l’édition, se lit comme un malicieux jeu de piste balisé de références. C’est "un polar sans meurtre ni hémoglobine", annoncent ses éditrices de la collection "Qui vive", chez Buchet-Chastel. Comme neige raconte l’histoire d’un livre trouvé puis perdu, d’un roman qui disparaît. Mais on ne veut pas donner ici trop de détails pour laisser aux lecteurs le plaisir de se faire prendre par la manipulatrice ingénierie de ce bref roman, hommage ludique à la chose littéraire et à ceux qui lui sont dévoués.

"C’est un roman de lectrice", confirme cette enfant du livre de 34 ans, fille de l’écrivain et journaliste Pierre Boncenne, qui vit depuis toujours ou presque dans la fréquentation rapprochée des auteurs. Non seulement plongée chaque jour dans un livre mais côtoyant les écrivains dans le cadre des métiers de médiation qu’elle exerce, sous différents modes, depuis une douzaine d’années déjà. Car Colombe Boncenne travaille notamment dans l’organisation d’événements culturels. Elle imagine des formes de rencontres, des moyens de mettre les textes dans la lumière. Sous le titre de conseillère artistique, elle participe ainsi à l’éclectique programmation de la Maison de la poésie à Paris ainsi qu’à celle, annuelle, des Correspondances de Manosque. Ses débuts au sein de l’équipe animée par Olivier Chaudenson datent de la première édition du festival Paris en toutes lettres en 2009. Auparavant, elle avait été attachée de presse, entrée comme stagiaire à 21 ans au service de presse du Seuil après des études de lettres. Aujourd’hui, ce rôle d’accompagnement et de mise en liens, Colombe Boncenne le poursuit aussi sous la casquette de chargée des relations libraires, pour le compte de plusieurs maisons d’édition, en free-lance et en équipe avec Virginie Migeotte.

Une famille littéraire

Le roman porte la marque de cette connaissance des coulisses : c’est en assistant Anne de Cazanove au Seuil au moment de la parution de Tigre en papier que la jeune femme a rencontré Olivier Rolin qui figure au générique de Comme neige aux côtés d’Antoine Volodine et de Jean-Philippe Toussaint, tous dans leur propre rôle. S’y révèlent ainsi par clins d’œil, mais sans entre-soi, le profil d’une famille littéraire et, en creux, les goûts d’une trentenaire admiratrice des "écrivains de système", auteure d’un mémoire sur… "l’entre-deux" chez Jules Supervielle.

Cette relation familière voire intime a néanmoins rendu plus compliqué le passage à l’acte vers l’écriture, mais Colombe Boncenne reconnaît qu’elle s’est piquée au jeu. Et si, comme elle le précise, les titres de la bibliographie fictive d’Emilien Petit, le romancier personnage de Comme neige, sont autant de livres qu’elle n’a pas écrits ou pas terminés, tout porte à croire que l’écrivaine débutante a devant elle une œuvre qui ne restera pas fantôme.

En dates

30 mai 1981: naissance à Paris.

2002 : entrée au service de presse des éditions du Seuil.

2002 établit l'édition de Au septième ciel : anthologie des scènes d'amour dans la littérature française (Stock).

2009-2010 : master 2 de management des industries culturelles.

2009 : participe à la première édition du festival littéraire Paris en toutes lettres.

Janvier 2016 : parution de Comme neige (Buchet-Chastel).

Véronique Rossignol

Colombe Boncenne, Comme neige, Buchet-Chastel, Prix : 11 euros, 112 pages, sortie le 1er janvier, ISBN : 978-2-283-02939-8






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités