Edition

Chez Editis, le bras de fer du télétravail se poursuit

Les nouveaux locaux du groupe Editis au 92, avenue de France - Photo OLIVIER DION

Chez Editis, le bras de fer du télétravail se poursuit

Des aides matérielles et financières au télétravail sont le point dur des discussions actuelles au sein du groupe Editis. Pour la direction, la situation est "déjà bien avancée". Pour la CGT, Editis "est à la traine"

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 04.05.2021 à 18h52,
Mis à jour le 04.05.2021 à 19h00

Chez Editis, groupe en pleine réorganisation, les négociations sur les modalités du télétravail se poursuivent entre direction et syndicats. La CGT-Editis, notamment, insiste et demande des mesures d’accompagnement matérielles et financières « appropriées pour soulager les collaborateurs du surcoût financier que représente le télétravail (eau, chauffage, électricité) », peut-on lire dans un tract destiné à ses adhérents et transmis à Livres Hebdo lundi 3 mai. Le droit à la déconnexion fait aussi partie des points durs de discussion.

Pour le syndicat, de nombreux salariés font part de l’augmentation des factures suite à la hausse des jours de télétravail. « Cette question ne semble pas être un sujet tabou pour certains employeurs qui ont, d’ores et déjà, négocié un accord pour prendre en charge ces frais supplémentaires, mais Editis est à la traine sur la question », grogne le syndicat, précisant être « dans l’attente du retour de la direction » sur le sujet. « Sans frais, il ne serait pas possible de signer d’accord, d’autant qu’en supprimant l’établissement d’Ivry, le groupe va faire de grosses économies », glisse aussi un syndicaliste.

Gagner en compétitivité

Interrogée sur ces points par Livres Hebdo, la direction du groupe répond « qu’avec un équipement à domicile proposé par le groupe qui a été plébiscité par les salariés, Editis est déjà bien avancé ». « Par ailleurs, la demande des salariés de télétravailler signifie aussi une organisation différente des bureaux qui permet les rapprochements de service, plus de convivialité et plus d’efficacité », précise le groupe. Déjà interrogé sur le sujet, le secrétaire général d’Editis, Jean Spiri, avait ajouté que « gagner en compétitivité n’est pas un gros mot ».

Pour les salariés et leurs syndicats, l’accord sur le télétravail est essentiel alors que le groupe prépare un déménagement d’ampleur : celui des effectifs d’Interforum, sa filiale distribution, au 92 avenue de France, nouveau siège du groupe depuis 2020. Aucune date n’est pour l’instant annoncée mais le CSE central a été consulté début avril. Un projet qui se prépare en parallèle d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), annoncé en début d’année prévoyant notamment des fermetures de salles de ventes.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités