Promotion

Bibliothèque : suivez le guide

Une visite "VIP" à la médiathèque Manufacture, à Nancy. - Photo DR/LA MANUFACTURE NANCY

Bibliothèque : suivez le guide

Les bibliothèques de Caen et de Nancy ont inauguré en janvier des visites "premium" pour des groupes constitués du secteur associatif ou économique. Une manière innovante de toucher de nouveaux publics, en particulier dans le monde de l’entreprise.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 21.04.2017 à 00h00,
Mis à jour le 20.04.2017 à 17h38

Depuis janvier, deux bibliothèques, à Caen et à Nancy, proposent des visites "VIP" à des groupes constitués du secteur économique ou associatif. Une démarche encore rare en lecture publique, où le monde de l’entreprise et le corps social, qui constituent pourtant un vivier important d’usagers dans une ville, font rarement partie des publics naturels de la bibliothèque.

A Nancy, cette initiative constitue le pilier de la stratégie de communication et de conquête de nouveaux publics élaborée pour cette année. Elle se déroule pour l’instant uniquement à la médiathèque Manufacture, entièrement modernisée en janvier 2016, et vise principalement les comités d’entreprise et les associations. La bibliothèque a élaboré un catalogue de visites basé sur ses animations régulières auxquelles sont ajoutés des petits plus pour un accueil "privilège", par exemple la possibilité de rencontrer les musiciens à la fin d’un concert. Certaines animations ne sont, quant à elles, proposées que pour les visites privilèges, comme la privatisation de l’espace Jeux vidéo ou les séances de yoga lecture. D’autres, enfin, sont élaborées en fonction de la demande du groupe, comme ce comité d’entreprise qui a souhaité visiter les magasins de la bibliothèque. "Ils voulaient comprendre le circuit du document, explique Isabelle Huber, responsable de la médiathèque Manufacture. Nous n’aurions jamais pensé à proposer ce type d’animation."

Visites "VIP"

Chaque rencontre s’accompagne d’une visite de la bibliothèque d’environ trente minutes et se conclut par un verre de l’amitié, au cours duquel les participants reçoivent un sac contenant des petits cadeaux avec le logo de la bibliothèque et des documents de présentation, ainsi qu’une carte de lecteur à leur nom avec un abonnement découverte gratuit de trois mois. "Nous nous sommes organisés pour que les cartes soient prêtes et opérationnelles au moment de la visite, poursuit Isabelle Huber. Beaucoup de participants empruntent dans la foulée."

La médiathèque Alexis-de-Tocqueville de l’agglomération de Caen-la-Mer, dont le projet à 60 millions d’euros est loin d’avoir fait l’unanimité parmi les élus, doit, de son côté, impérativement démontrer qu’elle constitue un outil au service de toutes les communautés du territoire, et en particulier des acteurs économiques. "Cela fait partie du projet depuis son origine, et le bâtiment s’y prête, explique Olivier Tacheau, directeur des bibliothèques de Caen. Le rez-de-chaussée, qui rassemble un hall central, un restaurant, un auditorium et un espace d’exposition, a été pensé comme un lieu de vie et n’est pas typé "bibliothèque". Si nous voulons élargir notre public habituel, nous devons nous adresser à d’autres strates sociologiques que la classe moyenne éduquée qui constitue notre public naturel."

Dès avant son ouverture en janvier, la bibliothèque a entrepris une vaste campagne de visites "VIP" tous azimuts, pour les directeurs des établissements scolaires, les chefs d’entreprise, les présidents des clubs sportifs, les personnalités de l’enseignement supérieur, les délégués de quartier. L’offre repose sur le principe de l’échange : la médiathèque propose de mettre à disposition ses espaces gratuitement plutôt que de les louer si, en retour, la manifestation intègre une visite de la bibliothèque pour les participants ou si les organisateurs proposent quelque chose pour les usagers de la bibliothèque. Le collège de gynécologie de Normandie a, par exemple, prévu une conférence tout public sur l’infertilité en juin en échange de la mise à disposition de l’auditorium pour sa journée d’étude. La médiathèque a reçu nombre de propositions insolites pour un établissement de lecture publique : soirée privée pour les grands comptes BNP Paribas Normandie, présentation des travaux du tramway, salon des acteurs du tourisme, soirée des start-up animée par l’agence de développement économique, conférence de presse de la course nautique Normandy Channel Race, qui réjouissent le directeur : "Cela crée des rebonds très fructueux, nous permet de sensibiliser les acteurs économiques et sociaux et de toucher par leur intermédiaire leurs clients, salariés, adhérents, fournisseurs."

Démarchage et réseautage

A Nancy comme à Caen, ces initiatives reposent sur un véritable travail de prospection tel qu’il se pratique dans l’univers commercial. La dizaine d’agents impliqués dans cette initiative à Nancy effectue du démarchage systématique par téléphone ou par mail auprès des responsables de comités d’entreprise, présidents d’associations, etc. Le catalogue des visites utilise un vocabulaire promotionnel, invitant, par exemple, à "se laisser surprendre par la magie de la médiathèque" et à "visiter l’établissement sous l’angle de [ses] passions". Les bibliothécaires font également appel à leurs relations et connaissances personnelles pour toucher des cercles tels que l’ordre des avocats de Nancy. "Nous essayons à chaque fois de décrocher un rendez-vous pour exposer la démarche et présenter le catalogue, détaille Isabelle Huber. Nous nous sommes rendu compte que certains interlocuteurs avaient du mal à se décider pour une animation. Il faut beaucoup accompagner et conseiller." A Caen, la démarche repose essentiellement sur le réseautage pratiqué par le directeur, présent dans tous les rendez-vous qui comptent. Dans les deux cas, ces initiatives sont très consommatrices de temps et d’énergie. "Nous avons commencé à élaborer le catalogue en octobre 2016, à prospecter en décembre et les premières visites ont démarré en janvier", indique la responsable de la médiathèque Manufacture.

Reste à savoir quel sera l’impact réel de ces initiatives sur la fréquentation et les inscriptions. La bibliothèque de Nancy s’est fixé un objectif "commercial" : toucher au moins 600 personnes par ces visites au cours de l’année 2017. Un objectif plausible puisque plus d’une centaine de visiteurs ont déjà participé à une rencontre "privilège" au cours du premier trimestre. La bibliothèque pourra facilement évaluer les retombées car tous les bénéficiaires des cartes découvertes sont enregistrés dans son logiciel de gestion. "On pourra repérer les visiteurs qui, par la suite, s’inscriront et emprunteront des documents", explique Isabelle Huber. A Caen, rien d’aussi systématique mais le directeur mesure déjà de manière informelle les retombées des visites. "Nous voyons bien qu’il y a un public qui vient par ce biais, affirme Olivier Tacheau. Et le cabinet du maire nous a inscrits dans son réseau. Contacter la bibliothèque pour organiser un événement, y compris hors du champ culturel, est en train de devenir un réflexe. C’est ce que vous voulions."


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités