Disparition

Sur la page Facebook de Yal Ayerdhal, mardi 27 octobre à 15h, une simple phrase signée Sara: "je ne sais pas comment vous l'annoncer, respectez mon silence, il ne sera pas long. merci." L'auteur de science-fiction et de thriller est mort d'un cancer. Cet été, toujours sur sa page Facebook, il expliquait que les métastases se répandaient dans ses poumons. Il y a à peine un mois, il révélait qu'il avait une embolie pulmonaire et une phlébite. Ses lecteurs et fans suivaient ainsi toutes les étapes de sa maladie. 

Né le 26 janvier 1959 à Lyon, fils de Jacky Soulier, grand collectionneur d'ouvrages de SF, Marc Soulier, dit Yal Ayerdhal, cheveux longs d'un chanteur de rock et figure rebelle et enragée du roman de genre français, a écrit plus de 25 livres depuis 1990, la plupart publié chez Fleuve noir puis Au Diable Vauvert. Demain, une oasis a reçu le Grand prix de l'imaginaire en 1993. Au Diable Vauvert l'a réédité la semaine dernière dans la collection "Young Adult". Parleur ou les chroniques d'un rêve enclavé avait obtenu le Prix Ozone en 1997. Prix qu'il gagnera de nouveau, avec le Prix Tour Eiffel pour Etoiles mourantes (1999). Il est de nouveau récompensé par le Grand prix de l'Imaginaire, en plus du Prix Michel-Lebrun pour Transparences (2004). Rainbow Warriors (2013) est honoré par le Prix Bob-Morane et le Prix Rosny Aîné. 

Au Diable Vauvert a programmé pour février 2016 la réédition de Sexomorphoses, l'histoire d'Aimlin, un sexomorphe, qui décide de rencontrer son créateur pour échapper à la fatalité de sa destinée. J'ai lu avait publié ce livre, désormais indisponible, en 1994. En juin dernier, Les moutons électriques ont publié une réédition de L'homme aux semelles de foudre (initialement paru chez Flammarion en 2000). Au Diable Vauvert avait également édité un coffret regroupant les quatre livres du Cycle de Cybione

Engagé

Ayerdhal était un auteur engagé. Il avait été à l'initiative du collectif de défense des droits d'auteur "Le droit du Serf", qui souhaitait défendre le prêt gratuit mais aussi lutter contre la loi Hadopi, et s'opposait à la législation sur les œuvres indisponibles du XXe siècle. Le Droit du serf avait notamment déposé un recours contre la numérisation des indisponibles. Ayerdhal s'était personnellement investi pour que le Salon du livre de Paris, en 2012, cesse de restreindre les accréditations gratuites pour les écrivains qui ne sont pas invités à signer des dédicaces. Il utilisait parfaitement les réseaux sociaux pour alerter le public et étendre ses combats en dehors de la sphère littéraire. 

Cet ancien animateur socioculturel, grand amateur de sport, n'a commencé sa carrière d'écrivain qu'à la fin des années 80. Avec son style complexe, sa narration rythmée, jamais avare d'action, et son sens politique toujours prégnant, il avait renouvelé la science-fiction française.

L'écrivain s'est éloigné de son genre de prédilection en s'orientant davantage vers le polar.
Mais il ne reniait jamais la SF. Dans une récente interview à Daily Mars, il confiait : "La science-fiction, c’est un petit peu le successeur de la philosophie. Elle est née avec la philosophie et c’est à peu près le dernier domaine où l’on réfléchit à l’humanité telle qu’elle est en anticipant un petit peu sur telle qu’elle peut devenir."

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
B

Bruno Soulier

il y a 4 ans à 08 h 36

Yal, mon frère, avait commencer sa carrière littéraire bien avant la fin des années 80. Ado, il écrivait déjà des textes mémorables. Bien sûr, ils ne sont pas publiés... pas encore. Tu me manques... terriblement. Je t'aime.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités