La meilleure BD de l’année », a titré BibliObs, rejoignant le concert de louanges de la presse : Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, ambitieux et difficile premier roman graphique de l’Américaine Emil Ferris (Monsieur Toussaint Louverture) (1), arrive dans les meilleures ventes. Tiré au départ à 18 000 exemplaires, dont 13 000 mis en place, il a été réimprimé à 10 000.

Réseaux sociaux, services de presse et travail auprès des libraires : son éditeur avait préparé le terrain en amont. L’auteure raconte l’histoire de Karen Reyes, 10 ans, passionnée de magazines et de films d’horreur, qui se prend pour un loup-garou dans le Chicago des années 1960. Déguisée en privé, elle enquête sur la mort de sa voisine, la belle Anka Silverberg.

La vie d’Emil Ferris relève de la légende. Après une enfance handicapée par un problème de dos, elle tombe dans le coma à la suite d’une piqûre de moustique.

Une rééducation et un diplôme du Art Institute of Chicago plus tard, elle passe six ans sur cet album, peuplé de fantômes, vampires et zombies dans un univers à la Crumb, aux accents autobiographiques d’American splendor._

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités