Angoulême : les rencontres professionnelles du FIBD 2019 | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 22.01.2019 à 17h27 (mis à jour le 23.01.2019 à 16h00) Bande dessinée

Angoulême : les rencontres professionnelles du FIBD 2019

Extrait de l'affiche du FIBD 2019 - Photo ANGOULÊME

Au programme, de nombreux débats et conférences autour de la bande dessinée numérique et du statut de l’auteur.

Deux thématiques se dégagent nettement des rencontres professionnelles qui auront lieu du 24 au 27 janvier lors du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD) : l’influence du numérique et les conditions de travail des auteurs.
 
Le jeudi 24 janvier s’ouvrira sur un débat intitulé Mon contrat ? J’y comprends que dalle visant à donner aux auteurs des clés pour mieux négocier leurs contrats et à clarifier leurs droits et devoirs. La table ronde qui se tiendra à 10h au Magic Mirror sur la place de l’Hôtel-de-Ville sera composée de Christelle Pécout, auteure et vice-présidente du Snac groupement BD, d’Emmanuel de Rengervé, délégué général du Snac et sera animée par Sébastien Cornuaud.
 
Un peu plus tard, à 14h30 dans l’espace Marché international des droits et licences, un panel d’acteurs de premier plan du secteur de la BD réunis par Europe Comics confronteront leurs visions de la bande dessinée européenne lors de la table ronde La bande dessinée européenne : quelle(s) réalité(s) aujourd’hui ? Thomas Ragon de Dargaud, le critique belge Thierry Smolderen, l’éditeur polonais Pawel Timofiejuk (Timof), l’historien Paul Gravett, le libraire américain Kareen Green, et l’éditeur allemand Kaus Schikowski (Carlsen) se feront face.
 
A 15h30, les intervenants réunis par l’ADABD sur le Pavillon jeunes talents s’interrogeront : Autrice, auteur, ah bon c’est un vrai métier ?. Des intervenants de l’ADAGP et la Sofia réaffirmeront leur attachement au régime social et fiscal des auteurs et tenteront de convaincre les auteurs novices et étudiants en arts de faire valoir leurs droits lorsque nécessaire.
 
Le vendredi 25 janvier débutera une nouvelle fois à 10h par une conférence-débat à destination des auteurs au Magic Mirror, avec pour sujet la collaboration franco-américaine. Le segment d’une heure et demi Passer l’Atlantique, comment travailler avec l’édition américaine s’intéressera aux différences entre la réalisation d’un comics et d’une BD franco-belge ainsi qu’aux spécificités du lectorat anglo-saxon. Le modérateur Danis Bajram, auteur de la saga Cryozone, accueillera les illustrateurs pour Marvel Stéphanie Hans, JL Mast et Olivier Coipel.
 
Le Marché international des droits et licences accueillera à 11h15 une conférence donnée par Julien Aubert de Bigger Than Fiction sur la diffusion de bandes dessinées sur les médias sociaux. Le concepteur d’expériences numériques expliquera pourquoi le 9e art pourrait être l’avenir des réseaux sociaux à travers des études de cas.
 
A 12h30, l’ADABD se trouvera à nouveau sur le Pavillon jeunes talents pour présenter aux auteurs et éditeurs le réseau social de BD numérique Mütune, un "véritable outil de structuration de marché". L’association poursuivra sur sa lancée à 14h avec une rencontre intitulée Vers une professionnalisation de la bande dessinée numérique. L’organisme entend "donner des outils et des propositions utiles aux auteurs et autrices et divers exemples de prises en charge de leurs destins professionnels respectifs", en s’appuyant notamment sur les nouvelles plateformes et modalités d’exercice du métier apportées par le numérique.
 
Le samedi 26 janvier, le directeur de collection chez Delcourt Yannick Lejeune s’attaquera dès 10h30 à la problématique de l’influence des médias sociaux dans la distribution des bandes dessinées dans l’espace Marché international des droits et licences. Le créateur du festival WeDoBD tâchera de comprendre comment Facebook, Twitter, Instagram et consorts peuvent peser sur les ventes papier et numériques d’albums.
 
L’omniprésente ADABD prolongera cette réflexion à 12h30 sur le Pavillon jeunes talents dans sa rencontre Créer et maintenir sa communauté de lecteurs lors de laquelle les intervenants, auteurs, illustrateurs, journalistes et youtubeurs partageront leurs expériences et conseils en matière d’animation de réseaux sociaux.

L’association clôturera la journée avec une présentation plus exotique : Gaïar, méta-plateforme de diffusion et monétisation de vos œuvres via la blockchain. Ce nouvel outil destiné aux artistes et aux ayants droit sera présenté en avant-première.
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre