Amazon agacé par ses salariés | Livres Hebdo

Par Annie Favier, le 10.10.2013 (mis à jour le 10.10.2013 à 23h00) Allemagne

Amazon agacé par ses salariés

En Allemagne, la puissance d'Amazon est menacée par des mouvements sociaux qui pourraient se durcir pour les fêtes.

Amazon a décidément bien du mal à se faire naturellement admettre dans le cercle des acteurs traditionnels du livre, même si cette année le cybermarchand a pour la première fois participé à un débat dans le cadre de la Foire du livre de Francfort. C'était le 9 octobre, pour un point sur les ventes des livres numériques et sur l'évolution des contenus de la liseuse Kindle.

Si en France la voie légale vient d'être choisie pour tenter d'affaiblir la puissance d'Amazon par le vote d'une loi encadrant la vente à distance de livres, en Allemagne les risques de déstabilisation du géant surgissent actuellement plutôt du côté des salariés. Après un mouvement de grève suscité par l'emploi d'intérimaires issus de partis d'extrême droite, puis des grèves surgies en septembre sur les sites de Leipzig et de Bad Hersfeld et liées aux salaires jugés trop bas, le très puissant syndicat ver.di, en conflit avec la direction d'Amazon, menace de nouvelles actions pendant la période des fêtes de fin d'année, au moment où le potentiel de chiffre d'affaires est le plus élevé de l'année. Chez Amazon, certes, mais aussi dans d'autres enseignes, dans le cadre d'une amélioration globale des salaires.

Les mouvements sociaux mineraient-ils le moral de la direction d'Amazon Allemagne ? Toujours est-il que la rumeur enfle de plus en plus, outre-Rhin, d'une possible délocalisation des sites allemands vers la Pologne. Une rumeur largement relayée par les médias polonais. Certes, les responsables ont confirmé, lors d'une conférence de presse donnée le 7 octobre à Varsovie, vouloir ouvrir trois sites en Pologne dans les deux ans à venir. Mais ils ont nié toute intention de fermer ou de délocaliser les infrastructures implantées sur le territoire allemand (huit centres) et ils ont même annoncé la création prochaine d'un entrepôt à Berlin.

Si une voix plutôt isolée, celle de l'écrivain Günter Wallraff, s'est élevée en avril dernier pour demander à ses lecteurs de ne pas acheter son dernier livre chez Amazon, les coups d'éclat sont plutôts rares dans la profession. Si ce n'est du côté de l'organisme interprofessionnel le Börsenverein, qui dénonce régulièrement les dangers d'Amazon pour l'avenir de la librairie, et qui demande avec insistance aux éditeurs et aux politiques d'agir pour que soient enrayés les risques induits par cette situation quasi monopolistique. Sans qu'il soit pour l'instant question d'une quelconque législation.

close

S’abonner à #La Lettre