Alice Zeniter entre au Top 20 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 22.11.2017 à 17h08 (mis à jour le 22.11.2017 à 18h00) meilleures ventes

Alice Zeniter entre au Top 20

Alice Zeniter - Photo CLÉMENT CAMAR MERCIER

Le Goncourt des lycéens et le prix du Quai des Orfèvres arrivent dans les meilleures ventes.

Le Goncourt des lycéens, organisé par la Fnac et l’Education nationale, fait vendre: L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion) fait son entrée à la 12e place du Top 20 GFK/Livres Hebdo, tous genres confondus, pour la semaine du 13 au 19 novembre 2017. Déjà couronné par le prix des Libraires de Nancy et des journalistes du Point 2017, le prix littéraire du Monde 2017 et le prix Landerneau des lecteurs 2017, il s’était écoulé à 40000 exemplaires avant le prix et a été réimprimé. Il rejoint dans le palmarès le Goncourt, L’ordre du jour d’Eric Vuillard (Actes Sud, 2e) et le Renaudot, La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset, 4e).

Alice Zeniter s’y livre à une vaste fresque familiale, racontant le destin de trois générations, entre la France et l’Algérie, à travers l’histoire de son grand-père harki et celle de son père, sur fond de guerre d’indépendance et d’exil.  

Le prix du Quai des Orfèvres, Tension extrême de Sylvain Forge, publié en poche par Fayard avec un premier tirage de 120000 exemplaires, arrive 16e dans la liste. Sélectionné sur manuscrit, l’auteur, qui travaille dans la cybersécurité en entreprise, entraîne le lecteur "dans un monde où le moindre objet connecté devient une arme mortelle": les pacemakers disjonctent, un virus informatique bloque la PJ de Nantes.  

Fayard inscrit un autre succès dans le Top 20 cette semaine: Le miracle Spinoza, de Frédéric Lenoir, qui arrive 17e dans le Top 20. L’auteur de La puissance de la joie convoque le philosophe du XVIIe siècle pour montrer que sa vision du monde et du divin, son aspiration à une séparation des pouvoirs politiques et religieux pour garantir une liberté de conscience et d’expression, son éthique… visent à "une meilleure connaissance de soi pour atteindre une vie parfaite"

Tandis que la bande dessinée L’étrange soldat Franklin, 61e tome de la série Les tuniques bleues, de Raoul Cauvin et Willy Lambil (Dupuis, tirage: 110000 exemplaires, 19e), dénonce avec humour les absurdités de la guerre et le militarisme obtus à travers les personnages de Blutch, un râleur désabusé qui veut déserter et de Cornélius Chesterfield, un sergent trop zélé.
close

S’abonner à #La Lettre