Abdellah Taïa, Leïla Slimani et Tahar Ben Jelloun se mobilisent contre le "viol banalisé des femmes marocaines" | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 29.08.2018 à 12h33 (mis à jour le 29.08.2018 à 16h41) Tribune

Abdellah Taïa, Leïla Slimani et Tahar Ben Jelloun se mobilisent contre le "viol banalisé des femmes marocaines"

Abdellah Taïa

Publiée mardi 28 août sur le site de Libération et plusieurs sites d’informations marocains, la tribune de l’écrivain Abdellah Taïa dénonce les cas de viols collectifs qui frappent le Maroc et appelle à "repenser le contrat social" à la suite de l’affaire Khadija.
 

"Ce n’est plus la vie, c’est la jungle. Et comme toujours, ce sont les femmes qui paient le prix fort de tous les dysfonctionnements d’une société qui ne veut toujours pas grandir", écrit le romancier Abdellah Taïa (Celui qui est digne d’être aimé, Seuil, 2017; Le jour du roi, Seuil, prix de Flore 2010) dans une tribune intitulée "Viol de la fille aux tatouages: qui va sauver les femmes marocaines... Lire la suite (1 250 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre